Critique de livre : Gérer le risque de change : Comment les entreprises japonaises choisissent la devise de facturation par Takatoshi Ito, Satoshi Koibuchi, Kiyotaka Sato et Junko Shimizu

14 views 7:00 am 0 Comments juillet 13, 2020

Dans Gérer le risque de change : comment les entreprises japonaises choisissent la devise de facturation, Takatoshi Ito, Satoshi Koibuchi, Kiyotaka Sato et Junko Shimizu explorez les facteurs qui influencent la raison pour laquelle certaines devises sont utilisées dans le commerce international par les entreprises exportatrices japonaises. Cette contribution bien écrite propose une nouvelle approche des monnaies internationales avec des conclusions qui s’étendent au-delà du yen, écrit Oscar Ugartecheet sera utile aux étudiants en finance internationale, aux analystes qui se penchent sur les devises internationales et aux gestionnaires financiers.

Gestion du risque de change : comment les entreprises japonaises choisissent la devise de facturation. Takatoshi Ito, Satoshi Koibuchi, Kiyotaka Sato et Junko Shimizu. Édouard Elgar. 2018.

Dans Gestion du risque de change, Takatoshi Ito et une équipe de chercheurs collaboratifs, Satoshi Koibuchi, Kiyotaka Sato, Junko Shimizu et Edith Cowan, sont revenus avec une nouvelle recherche brillante sur la façon dont les monnaies internationales sont définies et utilisées. Ces chercheurs se sont penchés sur les questions liées aux monnaies internationales depuis la création de l’unité monétaire asiatique (Eiji Ogawa et Ito, 2000). Les questions de savoir comment une monnaie internationale est définie et existe et comment elle peut perdre son statut sont un sujet de préoccupation depuis des décennies. De Robert Triffin L’or et la crise du dollar (1960) à l’appel en faveur d’un changement dans le système de réserves internationales lancé par le gouverneur de la Banque populaire de Chine, Zhou Xiaochuan, en 2008, à des vues plus contemporaines sur l’escalade de l’échelle internationale (voir Luiz Fernando de Paula, Barbara Fritz et Daniela M. Prates). , 2017), la question reste de savoir pourquoi le dollar américain semble être pratiquement la seule monnaie internationale.

La question du risque de change a été au cœur des préoccupations intellectuelles des auteurs de ce livre alors que le dollar américain est devenu de plus en plus instable en raison des politiques monétaires suivies par la Réserve fédérale (FED). Les préoccupations initiales d’Ito et al concernant l’instabilité du système monétaire ont été mises en évidence à travers leur conception de l’unité monétaire asiatique en 1997. Ils ont travaillé sur le sujet pendant plus de vingt ans et ont finalement produit cet ouvrage majeur, qui a duré plus d’une décennie. Les résultats présentés répondent à trois questions clés abordées par Ito et al dans le livre, comme indiqué à la page 9 : premièrement, si le risque de change est important, pourquoi les entreprises japonaises n’insistent-elles pas pour libeller les prix à l’exportation en yens ? Deuxièmement, à l’ère de l’innovation financière, pourquoi les entreprises et les importateurs japonais n’utilisent-ils pas des contrats à terme avec les banques pour couvrir le risque de change ? Et troisièmement, même si la devise de l’importateur est choisie comme devise de facturation, pourquoi les prix à l’exportation ne devraient-ils pas être ajustés pour refléter les fluctuations monétaires ?

La perte pour les entreprises japonaises due à une légère appréciation du yen par rapport au dollar américain est immense, selon les entretiens avec les porte-parole des sociétés qui composent l’indice boursier Nikkei 225. La recherche des auteurs vise donc à identifier les raisons pour lesquelles certaines monnaies sont utilisées et pas d’autres dans le commerce international par les entreprises japonaises, toutes multinationales qui opèrent avec des chaînes de valeur en Asie pour exporter vers les États-Unis.

Les auteurs définissent leurs trois volets d’étude empirique sur le choix de la devise de facturation. La première « implique de mener une analyse transnationale du choix de la devise de facturation en collectant autant d’informations que possible sur la part de la devise de facturation au niveau national » (19). La seconde consiste à utiliser des données non publiées pour discuter du taux de change de la devise de facturation sur une base douanière. La troisième est une analyse par questionnaire auprès des entreprises exportatrices et des déterminants testés empiriquement du choix de la devise de facturation (20). Les résultats sont utiles pour les discussions sur le Forex dans le domaine de la finance internationale et de l’économie internationale en général.

Les auteurs soulignent que certaines études récentes ont étudié l’effet du choix de la devise de facturation sur la répercussion du taux de change (ERPT) et la tarification au marché (PTM). Une analyse très approfondie est effectuée des choix de devises de facturation dans le commerce intra-entreprise à l’aide d’une série de devises de facturation sur 35 ans provenant des entreprises interrogées (1980-2015) pour tenter de trouver des tendances sous différents angles. Il s’agit d’une analyse introductive, en amont des entretiens menés au chapitre trois, sur le pourquoi et le comment des décisions de facturation en devises.

Les auteurs ont initialement mené des entretiens à deux reprises avec 23 entreprises sur une période de deux ans : la première à l’automne 2007 et la seconde à l’automne 2008. Les entreprises échantillonnées ont été choisies dans quatre types d’industries différents : automobile ; machinerie électrique; machines générales; et composants électriques. Ces entretiens sont présentés au chapitre trois avec quatre questions clés (66-68). Le premier concerne la structure de production et de vente. Le but ici est de générer un profil de chaque entreprise indiquant (a) si elle avait ou non des filiales de production à l’étranger ; (b) s’ils avaient des filiales de vente à l’étranger et des sièges régionaux ou s’ils faisaient du commerce par l’intermédiaire de sociétés commerciales japonaises ; (c) comment ils définissent les caractéristiques des biens échangés, telles que la compétitivité et la part de marché ; et (d) enfin, identifier la politique de base de l’entreprise en matière de gestion du risque de change.

La deuxième question porte sur la devise de facturation. Ici, le principal intérêt réside dans la collecte de données sur les devises de facturation par destination au niveau de l’entreprise. Les questions des auteurs visaient à identifier la devise utilisée par les entreprises dans leurs ventes finales du Japon vers chaque pays de destination ; dans les ventes depuis le Japon vers des filiales de vente ou de production à l’étranger ; et dans les ventes de leurs filiales de production à l’étranger vers les marchés de destination finale. Une dernière question est de savoir si le choix de facturation est affecté par les échanges inter ou intra-entreprises et/ou par les caractéristiques des produits échangés, telles que le degré de différenciation des produits.

Troisièmement, les auteurs approfondissent la gestion du risque de change et identifient les différents types de stratégies de couverture utilisées par les entreprises : à terme, à terme et options via le marché, « mariage et compensation », etc. Enfin, ils enquêtent sur la fixation des prix, cherchant à déterminer si les entreprises interrogées modifiaient périodiquement le prix à l’exportation lui-même, quel que soit le choix de la devise de facturation. Plus précisément, ils ont cherché à savoir s’ils avaient une politique explicite en matière de révision des prix face à des fluctuations brusques et substantielles des taux de change.

Les éléments de preuve provenant du petit échantillon d’entreprises interrogées donnent une image générale floue. Le chapitre quatre révise les questionnaires rédigés par le Institut de recherche sur l’économie, le commerce et l’industrie (RIETI) sur les choix de devises de facturation au niveau des entreprises japonaises exportatrices. Le questionnaire initial de l’enquête a été envoyé en octobre-novembre 2009. Il couvrait toutes les entreprises cotées au Nikkei 225 du secteur manufacturier et a reçu 227 réponses, soit 24,5 % des entreprises de l’échantillon, dont 91,6 % sont des entreprises manufacturières avec plus de 10 millions d’euros. Dollars américains en capital ; 174 de ces entreprises comptent plus de 300 salariés. Une deuxième enquête par questionnaire a été réalisée par le RIETI en septembre-octobre 2013 auprès de 962 entreprises avec 227 réponses, soit un taux de 24 %. Tous les ventes à l’étranger des fabricants sont répertoriées dans leurs états financiers consolidés. Pour la deuxième série d’entretiens, 185 entreprises au total ont été couvertes, toutes répertoriées comme fabricants exportateurs (88). Seulement 69 personnes ont répondu aux deux enquêtes.

Les résultats sont que toutes les entreprises du deuxième lot utilisent la même devise pour la facturation et les règlements. Le dollar américain est de plus en plus utilisé dans les exportations japonaises vers le monde. Plus l’entreprise est petite, plus la facturation en yens est importante. Plus la taille de l’entreprise est grande, plus la part des échanges intra-entreprise est élevée. La facturation dans la devise de l’importateur est choisie pour les exportations vers les États-Unis, la zone euro et le Royaume-Uni. Les monnaies asiatiques ne sont pas souvent choisies dans les exportations japonaises vers les pays asiatiques.

Enfin, les auteurs soutiennent que le pays dans lequel l’entreprise est établie détermine son sort en matière de gestion du risque de change. Les entreprises américaines ont tendance à profiter du fait que le dollar américain est la monnaie internationale. Les exportateurs japonais sont confrontés au risque de change, car leurs partenaires commerciaux préfèrent parfois la facturation et le règlement en dollars américains (215). La question centrale de savoir comment déterminer comment une monnaie est internationalisée trouve sa réponse définitive au chapitre sept. En utilisant les trois composantes keynésiennes pour les fonctions d’une monnaie – une unité de compte, une réserve de valeur et un moyen d’échange – les auteurs concluent de leurs entretiens sur ce que font le secteur privé et le secteur public avec chacune de ces composantes. Composants.

En résumé, les auteurs ont constaté que, malgré l’importance du risque de change, les entreprises japonaises facturent en dollars américains parce que c’est le choix des importateurs. Deuxièmement, les entreprises et importateurs japonais ne couvrent pas le risque de change. Troisièmement, dans les cas où la devise de l’importateur est choisie comme devise de facturation, les prix ne sont pas ajustés pour refléter les fluctuations monétaires et sont maintenus en dollars.

Cet ouvrage propose une nouvelle approche d’une problématique de longue date et éclaire ce domaine d’étude à travers le recours à des entretiens pour compléter les données économiques et de change. Bien écrit, concis et proposant une nouvelle approche des monnaies internationales ainsi que des conclusions pouvant être étendues au-delà du yen, ce livre sera utile aux étudiants en finance internationale, aux analystes qui se penchent sur les monnaies internationales, aux gestionnaires financiers et aux trackers de renminbi.


Remarque : Cette revue donne le point de vue de l’auteur, et non la position du blog LSE Review of Books ou de la London School of Economics.

Crédit d’image : Image de Miguel Á. Padriñán de Pixabay.


Version imprimable, PDF et e-mail
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *