La banque perd 79 millions de dollars à cause d’une faute de frappe d’un employé travaillant à domicile

21 views 5:48 pm 0 Comments mai 27, 2024

Les marchés ont immédiatement commencé à se détraquer. En quelques minutes, le commerçant s’est rendu compte de l’erreur et a annulé la commande. Mais le mal était fait

Contenu de l’article

Pour un commerçant de Citigroup Inc. à Londres, la matinée du 2 mai 2022 est allée de mal en pis.

C’était un jour férié au Royaume-Uni, la journée aurait donc dû être calme sur les marchés. Un peu avant 9 heures du matin, l’employé du pupitre de négociation Delta One de Citigroup qui travaillait à domicile a commencé à élaborer une opération visant à couvrir l’exposition de la banque à l’indice MSCI World.

Publicité 2

Contenu de l’article

Contenu de l’article

Un outil que les employés utilisaient habituellement pour une telle transaction n’était pas disponible ce matin-là, le trader devait donc constituer manuellement le panier d’actions. C’est là que les choses ont commencé à mal tourner.

Dans les systèmes de Citigroup, les traders ont la possibilité soit de saisir la valeur notionnelle d’une transaction qu’ils souhaitent effectuer, soit de saisir la quantité d’unités d’indice qu’ils souhaitent négocier. Ce jour-là de mai, le trader avait l’intention de créer un panier d’actions évalué à 58 millions de dollars, mais il a accidentellement saisi ces 58 millions dans le champ de quantité, créant ainsi un panier gigantesque de 444 milliards de dollars contenant 349 actions de 13 pays différents.

Les systèmes du géant de Wall Street ont immédiatement déclenché des centaines d’avertissements, bloquant finalement une partie – mais pas la totalité – du commerce. Pourtant, environ 1,4 milliard de dollars d’actions ont commencé à être vendues sur les bourses européennes.

Les marchés ont immédiatement commencé à se détraquer. En quelques minutes, le commerçant s’est rendu compte de l’erreur et a annulé la commande. Mais le mal était fait : cette erreur avait déclenché une vente massive des actions européennes en cinq minutes, faisant des ravages sur les bourses s’étendant de la France à la Norvège.

Contenu de l’article

Publicité 3

Contenu de l’article

Deux ans plus tard, les régulateurs britanniques ont révélé mercredi le résultat de leur longue enquête sur les actions de Citigroup ce jour-là, en imposant à la banque 61,6 millions de livres sterling (78 millions de dollars) de pénalités pour cette erreur. Leurs conclusions offrent une première fenêtre sur la façon dont un gros problème – accompagné d’une multitude d’erreurs dans la gestion des risques – s’est transformé en un krach éclair qui, à un moment donné, a effacé 300 milliards d’euros (325 milliards de dollars) des actions européennes.

C’est le dernier coup dur porté par la directrice générale Jane Fraser, qui a passé des années à tenter de consolider les systèmes sous-jacents de gestion des risques du géant du crédit.

« Ces échecs ont conduit à l’exécution de plus d’un milliard de livres d’ordres erronés et ont risqué de créer un marché désordonné », a déclaré Steve Smart, co-directeur exécutif de l’application et de la surveillance du marché à la Financial Conduct Authority, dans un communiqué. « Nous attendons des entreprises qu’elles examinent leurs propres contrôles et veillent à ce qu’ils soient appropriés compte tenu de la rapidité et de la complexité des marchés financiers. »

Le trader a depuis quitté Citigroup, selon des sources proches du dossier. Un porte-parole de la banque a refusé de commenter.

Publicité 4

Contenu de l’article

Quinze minutes

Juste avant que le trader ne commence à préparer la transaction erronée, une équipe distincte de Citigroup réfléchissait à la manière d’assumer ses responsabilités du jour.

Le service d’assistance algorithmique de la banque, qui supervise normalement le suivi en temps réel des exécutions internes, avait décidé de transférer ces responsabilités au bureau d’exécution électronique car son personnel était en congé prévu ce jour-là.

Lorsque le trader a saisi pour la première fois la transaction erronée, il a été confronté à un mur de 711 messages d’avertissement. Il a rapidement annulé ceux qu’il pouvait et la commande a été passée à 8h56.

Les transactions ont commencé à être exécutées sur les bourses d’Autriche, de Belgique, du Danemark, de Finlande, de France, d’Allemagne, d’Italie, des Pays-Bas, de Norvège, du Portugal, d’Espagne, de Suède et de Suisse, provoquant une baisse soudaine des indices européens. Au sein de Citigroup, les dirigeants ont été intrigués par cette baisse et ont consulté les agences de presse pour tenter de comprendre ce qui se cachait derrière cette baisse.

À 9 h 10, le négociant avait annulé la commande, imposant à Citigroup une perte de 48 millions de dollars.

Le bureau d’exécution électronique avait reçu des centaines d’alertes concernant des transactions erronées, mais n’avait réussi à en faire remonter aucune. Une équipe distincte, connue sous le nom d’équipe des risques et des contrôles du trading électronique, a également transmis l’incident au bureau d’exécution électronique, mais pas avant 9h31.

Publicité 5

Contenu de l’article

« La cause immédiate de l’erreur de trading était une erreur de saisie manuelle de la part du trader », a déclaré mercredi l’Autorité de régulation prudentielle de la Banque d’Angleterre dans ses conclusions. « L’erreur n’a ensuite été identifiée par aucune des fonctions de gestion des risques de l’entreprise dédiées au suivi en temps réel des transactions de l’entreprise, mais par le trader environ 15 minutes après que la transaction ait été saisie dans les systèmes de l’entreprise. »

Blocs durs et mous

Les systèmes de Citigroup disposaient de deux lignes de défense contre ce type de transactions errantes : les blocs souples et les blocs durs.

La banque fixe une série de seuils pour chaque type de bloc. Si une transaction en déclenche une, une fenêtre contextuelle apparaît. Les blocs logiciels peuvent être remplacés, mais pas les blocs durs.

Citigroup avait augmenté certains de ces seuils pour tenir compte des périodes de volatilité accrue pendant la pandémie. Mais deux ans plus tard, ces limites n’avaient pas été redéfinies.

Pourtant, ce sont ces blocages durs qui ont empêché une partie du commerce de se réaliser. Mais les régulateurs britanniques ont noté mercredi qu’aux États-Unis, Citigroup avait mis en place depuis 2013 des règles qui auraient empêché tous les échanges commerciaux.

Publicité 6

Contenu de l’article

« Nous sommes heureux d’avoir résolu ce problème qui date d’il y a plus de deux ans et qui découle d’une erreur individuelle qui a été identifiée et corrigée en quelques minutes », a déclaré Citigroup dans un communiqué. « Nous avons immédiatement pris des mesures pour renforcer nos systèmes et contrôles, et restons déterminés à garantir une conformité réglementaire totale. »

Ces sanctions constituent un coup dur pour la division de négoce d’actions de Citigroup, dirigée par Fater Belbachir. La division a passé des années à tenter de gravir les échelons du trading d’actions, mais elle reste loin derrière des concurrents comme Goldman Sachs Group Inc. ou JPMorgan Chase & Co.

Lorsque les régulateurs ont formulé l’ampleur des pénalités à imposer à Citigroup pour ces faillites, ils ont déclaré qu’ils considéraient que les bureaux de négociation au sein de la division Delta One de la banque qui utilisaient le système de gestion des ordres au cœur de l’erreur avaient généré environ 612 millions de dollars en les neuf années qui ont précédé le commerce errant, soit une moyenne d’environ 68 millions de dollars par an.

Cela signifierait qu’entre les amendes et les pertes commerciales de la journée, les transactions erronées coûteraient à ces bureaux près de deux ans de revenus.

— Avec l’aide de Laura Noonan.

Recommandé par l’éditorial

Notre site Web est l’endroit idéal pour les dernières nouvelles, les scoops exclusifs, les lectures longues et les commentaires provocateurs. Veuillez ajouter nationalpost.com à vos favoris et vous inscrire à notre newsletter quotidienne, Publié, ici.

Contenu de l’article

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *