La monnaie de la politique : la théorie politique de la monnaie d’Aristote à Keynes : The Independent Review : The Independent Institute

10 views 1:20 am 0 Comments janvier 28, 2023

L’histoire des idées est un domaine d’exploration tentant. En partant de zéro, on pourrait avoir le sentiment de vraiment comprendre l’environnement intellectuel et politique moderne en regardant les grands de la tradition intellectuelle occidentale. Comment Aristote concevait-il l’argent ? Quel régime politique Adam Smith a-t-il proposé comme régime politique qui gouvernerait le mieux le système monétaire ? Quels combats politiques menaient ces auteurs à l’époque ? Quelle opposition ultérieure ces idées ont-elles rencontrée et pourquoi ? De telles questions peuvent éclairer un sujet ou être utilisées uniquement pour réifier nos propres opinions.

Dans La monnaie de la politique : la théorie politique de la monnaie, Stefan Eich explore la pensée politique sur l’argent. En commençant par Aristote, l’auteur identifie l’argent au sein des normes communautaires, y compris les normes de justice. L’échange médiatisé par l’argent était, pour Aristote, de nature réciproque. Eich termine sa discussion sur Aristote avec un aperçu du thème du livre :

La monnaie a égalisé les relations auparavant hiérarchiques, mais elle a néanmoins introduit sa propre forme d’inégalité. C’est cette double ambivalence de l’argent – ​​suspendu entre espoirs vantés et déceptions – qui explique en partie son potentiel tragique (p. 40).

L’argent, comme d’autres institutions, a permis « de nouvelles alliances de classes qui non seulement ont transformé le pouvoir mais ont préservé les hiérarchies » (p. 40). Suite à cette préoccupation, l’auteur semble souscrire à la réflexion de Rousseau sur l’ère capitaliste où «[w]Avec l’argent, on a tout, sauf la morale et les citoyens » (p. 44).

Dans sa dernière revue des théoriciens politiques – il se concentre sur John Locke, Johann Gottlieb Fichte, Karl Marx, John Maynard Keynes et Friedrich Hayek – Eich cherche à recadrer notre perception de l’argent d’un objet économique impersonnel à une vision qui articule « les questions de le pouvoir, la règle et la justice »(p. 21). Le récit d’Eich repose sur un « programme positif de contestation démocratique du pouvoir de l’argent » (p. 220). Loin de répondre à l’idéal d’Eich, les premières contestations du pouvoir monétaire cherchaient à lier les mains d’un État susceptible d’abuser de son privilège de cours légal. L’auteur présente Locke, précurseur de la pensée politique britannique éclairée, comme réduisant la conception commune de l’argent à un moyen qui facilite le développement du capital. Pour Locke, la responsabilité de l’État, selon le contrat social, était de promouvoir la confiance dans la stabilité de l’unité monétaire. Écrivant à une époque où l’or était de l’argent, Locke s’inquiétait de la cohérence entre le poids d’une pièce d’or et sa valeur nominale. Même si le poids de l’unité monétaire était lui-même une convention, cette convention devrait être fixée une fois établie (p. 72). Modifier la valeur de l’unité monétaire constituerait une violation de la confiance sociale de la part de l’institution même chargée de rendre justice dans l’exécution des contrats. Pour Eich, cependant, cette conception étroite de la monnaie « obscurcit les possibilités politiques implicites » en matière d’intervention de l’État dans le système monétaire (p. 75). Au lieu de cela, l’auteur soutient qu’« une grande partie de ce qui passe pour une dépolitisation de l’argent est un tour de passe-passe qui serait plus précisément décrit comme une dé-démocratisation de l’argent » (pp. 18 et 19).

Le cœur de la perspective d’Eich est développé à partir de sa discussion sur Fichte. Préfigurant la gestion de la monnaie par les banques centrales, Fichte a conçu une constitution monétaire qui ne dépendrait d’aucune marchandise, mais où l’État « contrôlerait sa propre monnaie afin de pouvoir garantir un ensemble de droits économiques » (p. 101). Ce faisant, « l’État devait suivre des « principes fermes » » qui permettraient à la valeur de l’unité monétaire de « rester invariable » (p. 100). Marx, de son côté, « prédisait que les lois visant à réformer le système monétaire se révéleraient inapplicables tant que la domination omniprésente du capital n’aurait pas été pleinement comprise, voire surmontée » (p. 135). Suivant la tendance de toutes les institutions de la société capitaliste, l’argent était au service des intérêts des capitalistes. Une réforme monétaire efficace ne serait pas possible dans un système politique dominé par des intérêts privés qui opèrent à proximité d’un système financier privé qui crée également de la monnaie.

Eich présente Keynes comme contestant cette affirmation. Pour Keynes, il existe un « besoin de socialiser l’investissement ». Il considère la gestion macroéconomique comme un moyen de promouvoir le bien public (p. 143). Suivant la conception de Georg Friedrich Knapp de la relation entre l’argent et l’État, « Keynes a expliqué que l’État « revendique le droit de déterminer et de déclarer » quelle chose correspond au nom, et de varier sa déclaration de temps en temps – lorsque, c’est-à-dire, il revendique le droit de rééditer le dictionnaire. Tout l’argent moderne. . . était finalement liée à l’État « au-delà de toute possibilité de contestation » » (p. 152). Keynes souhaitait avant tout voir le développement d’une monnaie internationale qui permettrait une gestion flexible selon une « « constitution » supranationale » (p. 170). Cela permettrait aux banques centrales nationales de promouvoir le bien-être national tout en facilitant la surveillance au niveau du système chargée de promouvoir la santé du système monétaire international.

Le rêve keynésien ne s’est jamais réalisé sous sa forme pure. Avec la fin de Bretton Woods en 1971, les inquiétudes concernant l’inflation ont conduit à une reconceptualisation de la gestion monétaire. Les banques centrales, dans la mesure où elles intervenaient dans le système monétaire, devaient être contraintes par des règles qui limitent leur capacité à générer de l’inflation. C’est dans ce contexte qu’Eich présente les idées et l’influence de Hayek et les relie au « tournant néolibéral vers une nouvelle politique de dépolitisation » (p. 185). Eich réfléchit à cela, « à la surprise de Hayek. . . les démocraties se sont révélées remarquablement capables et disposées à se lier » (p. 194). L’auteur déplore que cette dépolitisation « signifiait également que les banques centrales n’étaient plus obligées de prendre en compte la justice économique ou les préoccupations distributives » (p. 195). Il voit une victoire de la « capacité néolibérale et néoconservatrice à tracer une voie alternative pour sortir de l’impasse de légitimité du capitalisme social en redessinant systématiquement la frontière entre l’économie et la politique. Si une intervention visible dans l’économie imposait des tensions au système politique, une politique de dé-démocratisation économique était une réponse concevable et intelligible » (p. 196).
En conclusion, Eich clarifie une méfiance à l’égard de la formation institutionnelle de la sphère privée. « Les arguments que les théoriciens politiques ont développés contre la prudence du pouvoir privé à l’égard d’une privatisation accrue de l’argent par les banques mondiales, les plateformes technologiques ou même les crypto-monnaies privées » (p. 215). L’auteur souhaite « empêcher un glissement vers un féodalisme numérique dans lequel les plateformes technologiques fonctionnent comme des gouvernements privés capables d’émettre leur propre monnaie script parallèle » (p. 215). Eich suggère des alternatives publiques telles que « une relance des services bancaires postaux » et la création de « comptes à la Réserve fédérale ». . . à tout le monde. » Celles-ci sont présentées comme des étapes sur la voie d’un contrôle démocratique de l’argent dans la poursuite du bien-être public.
Même si j’ai présenté la logique globale de l’analyse d’Eich, la justification du récit présenté dans La monnaie de la politique est au moins autant influencée par l’idéologie que par les faits. L’auteur interprète la société et l’État de manière interchangeable, interprétant généralement l’influence des intérêts privés sur la politique publique comme un bug éradiquable plutôt que comme une caractéristique de la société. Il considère les contraintes imposées aux États par les marchés concurrentiels non pas comme une caractéristique naturelle de la société mais comme un obstacle à la manifestation du bien public. La création de monnaie privée constitue également un obstacle à la mise en œuvre d’une politique monétaire idéale. Il remarque que, dans la pratique, la gouvernance étatique de l’argent n’est pas à la hauteur de ses idéaux démocratiques et ne renonce jamais à espérer qu’avec une gestion et une structure appropriées, l’État puisse poursuivre le bien public comme il l’envisage.
Pour ajouter à cette tension idéologique, les connaissances historiques et théoriques de l’auteur sont insuffisantes sur des points critiques pour son argumentation. La présentation de l’étalon-or annexée à sa critique de John Maynard Keynes est particulièrement problématique. Il considère l’étalon-or comme un monolithe dont les opérations étaient automatiques. Pourtant, dans sa discussion sur l’étalon-or de l’entre-deux-guerres et la Grande Dépression, il n’est pas reconnu que les contraintes de l’étalon-or géré étaient politiques, comme l’ont souligné Barry Eichengreen et Peter Temin (2000, The Gold Standard and the Great Depression. Histoire européenne contemporaine 9 [July]: 183-207). Et comme Richard Timberlake l’a montré, l’étalon-or sous la Réserve fédérale était un étalon monétaire géré (2007, Gold Standards and the Real Bills Doctrine in US Monetary Policy, 2007, Gold Standards and the Real Bills Doctrine in US Monetary Policy, 2007). L’examen indépendant 11 [Winter]: 325 – 354). Loin que la Grande Dépression soit inévitable sous un étalon-or géré, Chang-tai Hsieh et Christina Romer observent que la Réserve fédérale aurait pu élargir la base monétaire aux États-Unis pendant la Grande Dépression tout en maintenant des exigences légales minimales (2006, Was the La Réserve fédérale contrainte par l’étalon-or pendant la Grande Dépression ? Les preuves du programme d’achat sur le marché libre de 1932, Journal d’histoire économique 66 [March]: 140-176). En outre, l’abandon par la plupart des pays européens de l’étalon-or et sa suspension par les États-Unis pendant la Première Guerre mondiale suggèrent que la rigidité dans le fonctionnement du système s’est imposée à eux-mêmes. Reconnaître cela serait cohérent avec les observations faites par l’auteur concernant la gestion dans le système actuel de monnaies fiduciaires concurrentes.
Mais ce qui est plus problématique, c’est soit le manque de compréhension, soit le manque d’intérêt pour les mécanismes qui alimentent l’inflation. Si l’auteur a une appréciation subtile et bien informée des mécanismes par lesquels la politique monétaire est administrée, cela n’est pas mis en évidence dans son analyse du système financier moderne et du système de politique monétaire destiné à le gouverner. Bien qu’il comprenne que les banques créent de la monnaie, Eich ne parvient pas à articuler la moindre distinction entre la base monétaire et les agrégats monétaires de niveau supérieur construits à partir de cette base. Eich semble également tenir pour acquis la stabilité des anticipations d’inflation. Il ne prend pas en compte l’importance de la courbe de Phillips augmentée des attentes, qui clarifie les limites de la politique inflationniste dans la promotion d’une baisse du chômage ainsi que les conséquences néfastes d’une expansion monétaire persistante visant à réduire le taux de chômage. L’effet d’une politique inflationniste visant à réduire le taux de chômage s’inverse. S’il existe un compromis à court terme entre inflation et chômage, pour normaliser le taux d’inflation en le réduisant, il faut au moins compenser la baisse du chômage obtenue en augmentant le taux d’inflation. Dans un régime discrétionnaire, pour corriger ou prévenir les déséquilibres résultant de l’inflation, il faut une politique contracyclique.

Ce manque d’inquiétude de la part d’un auteur qui entend influencer le débat sur la politique monétaire ne pourrait pas tomber à un moment plus inopportun, alors que les taux d’inflation aux États-Unis et dans le monde ont augmenté en réponse à une expansion monétaire sans précédent. La leçon que nous a enseignée Milton Friedman a été négligée alors que la Réserve fédérale a augmenté la monnaie en circulation à des taux annuels pouvant atteindre 17 %. Le taux d’inflation mesuré par les variations d’une année sur l’autre de l’IPC a jusqu’à présent atteint 9,1 %.

Il faut néanmoins comprendre le désir de l’auteur de concevoir une constitution monétaire comme s’inscrivant dans un contrat social plus général. Souvent, les économistes qui croient en l’efficacité des marchés concurrentiels accordent peu d’attention aux politiques de pouvoir qui se déroulent au sein de ces marchés et entre les institutions et les acteurs des sphères privée et publique. Il n’y a pas de division nette entre le marché et l’État. L’hypothèse selon laquelle l’échange devrait être dépolitisé semble effectivement étayer l’illusion selon laquelle l’échange est dépolitisé. Il n’est pas non plus approprié de placer un halo autour de la sphère publique. Toutes les sphères sociales sont soumises à la poursuite d’intérêts privés. Cette quête entremêle vie privée et vie publique, comme l’observe l’auteur dans son examen rapide des plans de sauvetage de 2008. Malheureusement, Eich emploie une théorie qui ne parvient pas à reconnaître la persistance de l’intérêt personnel à tous les niveaux de formation du contrat social. Ce vide théorique étouffe ce que j’espérais être un discours constructif sur le rôle de l’argent dans la société. Au lieu de cela, l’auteur donne préséance à sa vision normative sur les froides réalités de l’expérience.

James L. Caton

Université d’État du Dakota du Nord

Étiquettes : , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *