15h30 ▪ 3 min de lecture ▪ par Eddy S.

Un vent de changement souffle sur les îles isolées du Pacifique, menaçant de perturber l’ordre monétaire établi. Porté par la vague déferlante des cryptomonnaies, ce bouleversement prometteur mais controversé pourrait, selon un rapport novateur du FMI, rebattre les cartes du pouvoir financier dans cette région longtemps marginalisée.

Pièces stables cryptographiques

Crypto (Stablecoins), un cheval de Troie pour la souveraineté monétaire ?

Pour les experts du FMI, les stablecoins offrent une réelle opportunité d’inclusion financière pour les insulaires historiquement exclus du système bancaire traditionnel. Ancrés à des monnaies comme le dollar, ces jetons numériques pourraient contourner les barrières géographiques et institutionnelles, facilitant ainsi l’accès aux services financiers de base. De plus, leurs transferts transfrontaliers seraient plus rapides, plus sûrs et moins coûteux, aidant ainsi les travailleurs migrants.

Or, pour certains gardiens de la souveraineté, l’adoption massive des cryptos représenterait un cheval de Troie monétaire. En important ces standards virtuels privés adossés à des devises étrangères, les économies insulaires accroîtraient leur dépendance à l’égard des puissances dominantes. Cette transition pourrait être considérée comme une lente évolution vers un nouveau colonialisme numérique, rendant les îles dépendantes des émetteurs privés et des alliés étatiques.

Les CBDC, l’arme secrète des banques centrales insulaires ?

Face à la menace diffuse des stablecoins privés, de nombreuses voix militent pour l’option souveraine des monnaies numériques des banques centrales (CBDC). Selon les recommandations du FMI, pour les États insulaires disposant déjà d’une monnaie nationale, l’adoption d’une CBDC adossée à celle-ci leur permettrait de garder le contrôle des cordons de la bourse virtuelle nationale.

Découvrez notre newsletter gratuite Ce lien utilise un programme d'affiliation

Contrairement aux pièces stables privées qui dépendent des réserves de devises étrangères, les CBDC seraient directement émises et garanties par les banques centrales insulaires. Elles constitueraient ainsi une évolution purement numérique des monnaies fiduciaires existantes, éliminant les coûts liés à la production et à la gestion du cash physique.

Mais au-delà des avantages pratiques et écologiques, ces cryptos offriraient surtout aux autorités monétaires un niveau de contrôle et de traçabilité sans précédent sur les flux financiers nationaux. Permettant un suivi en temps réel et une extrême granularité des transactions, ces nouveaux standards numériques pourraient supplanter définitivement les monnaies physiques au profit d’une surveillance totale des flux monétaires par l’État émetteur.

Les pièces stables privées et les monnaies numériques des banques centrales soulèvent d’importantes questions sur la souveraineté financière des îles du Pacifique. Les pièces stables privées pourraient accroître leur dépendance à l’égard des puissances étrangères, tandis que les CBDC locales préserveraient leur contrôle monétaire mais pourraient menacer les libertés individuelles. Face à ces questions complexes, les dirigeants insulaires doivent choisir d’adopter ou de rejeter cette révolution crypto incertaine. Un avenir monétaire prometteur mais risqué s’annonce pour cette région économiquement marginalisée.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme « Lire pour gagner » ! Gagnez des points pour chaque article que vous lisez et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous maintenant et commencez à accumuler des avantages.


Avatar d'Eddy S.Avatar d'Eddy S.
Eddy S.

Le monde évolue et l'adaptation est la meilleure arme pour survivre dans cet univers ondoyant. Community manager crypto à la base, je m'intéresse à tout ce qui touche de près ou de loin à la blockchain et ses dérivés. Dans l'optique de partager mon expérience et de faire connaître un domaine qui me passionne, rien de mieux que de rédiger des articles informatifs et décontractés à la fois.

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ

Les points de vue, pensées et opinions exprimés dans cet article appartiennent uniquement à l’auteur et ne doivent pas être considérés comme des conseils d’investissement. Faites vos propres recherches avant de prendre des décisions d’investissement.

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *