Le régulateur bancaire ordonne à la Banque Toronto-Dominion de revoir ses contrôles de risque

22 views 11:34 pm 0 Comments mai 22, 2024

Ouvrez cette photo dans la galerie :

Des gens passent devant les locaux de la Banque TD, dans le quartier financier du centre-ville de Toronto, le 15 mai.Abhijit Alka Anil/The Globe and Mail

L’organisme de réglementation bancaire du Canada a ordonné à la Banque Toronto-Dominion TD-T de réparer le centre névralgique de ses contrôles des risques alors que le prêteur s’efforce de résoudre les enquêtes sur le blanchiment d’argent qui ont soulevé la colère des responsables américains et contrecarré les projets d’expansion de la TD aux États-Unis.

Le Bureau du surintendant des institutions financières, ou BSIF, a identifié des lacunes dans le programme de gestion de la conformité réglementaire de la TD lors d’une récente évaluation, selon deux personnes proches du dossier.

Le cadre RCM est un ensemble de contrôles que les banques doivent mettre en place pour éviter d’enfreindre les diverses lois et réglementations régissant leurs opérations au Canada, aux États-Unis et dans d’autres pays. Le BSIF considère qu’il s’agit d’un élément crucial du programme global de gestion des risques d’une institution financière et qu’il comprend la technologie, les processus et d’autres fonctions de surveillance.

La lutte contre le blanchiment d’argent n’est que l’un des risques de conformité réglementaire que les banques sont tenues de gérer grâce à un programme RCM efficace. Certaines des faiblesses détectées dans l’évaluation de TD par le BSIF concernent les contrôles anti-blanchiment d’argent de la banque, ont ajouté les deux sources.

Les conclusions d’un examen de conformité distinct mené par le Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (FinTRAC), l’organisme fédéral de surveillance de la criminalité financière, ont éclairé une partie du travail du BSIF, selon une troisième source.

Le Globe and Mail n’identifie pas les sources parce qu’elles n’étaient pas autorisées à parler aux médias de questions réglementaires confidentielles.

RCM fonctionne comme un filet de sécurité qui aide la TD à atténuer les risques de non-conformité réglementaire à l’échelle de l’entreprise.

« Nous investissons continuellement dans notre programme RCM pour répondre à l’évolution de la dynamique du marché, aux commentaires réglementaires et à toute découverte potentielle. À mesure que la complexité de l’environnement opérationnel s’intensifie, les banques doivent toujours se concentrer sur l’amélioration de leurs programmes. Ce travail est en cours à la TD », a déclaré la porte-parole de la banque, Lisa Hodgins, dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

« Aux États-Unis, comme nous l’avons déjà annoncé, nous déployons un effort global pour renforcer notre programme AML compte tenu des graves incidents survenus dans certains endroits. Ces investissements contribueront à contrecarrer les activités illégales des mauvais acteurs et bénéficieront également à nos capacités mondiales.

Tim Kiladze : La question à 20 milliards de dollars de la Banque TD : un pari d’expansion géante sur les États-Unis en valait-il la peine ?

TD, qui publie jeudi ses résultats financiers du deuxième trimestre, subit une pression croissante pour divulguer les détails de l’enquête américaine sur ses faiblesses en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.

« Les lacunes de notre programme américain AML ne sont pas le résultat de notre programme RCM. Il est important de ne pas confondre les interactions normales avec les régulateurs canadiens avec nos discussions en cours avec les régulateurs et les autorités américaines », a ajouté Mme Hodgins.

L’examen du programme RCM de TD par le BSIF s’ajoute à l’examen réglementaire de la deuxième banque en importance au Canada des deux côtés de la frontière. La TD prend une provision initiale de 450 millions de dollars américains pour couvrir les sanctions financières auxquelles elle s’expose en raison des enquêtes menées par trois organismes de réglementation et d’application de la loi aux États-Unis. Ces enquêtes sont liées à une affaire de blanchiment d’argent et de trafic de drogue de 653 millions de dollars américains. Globe l’a confirmé ce mois-ci.

Le montant final des sanctions américaines imposées à la banque n’est pas encore connu, mais certains analystes estiment qu’elles pourraient atteindre 2 milliards de dollars. La TD fait également face à d’autres conséquences potentielles de la part des régulateurs américains qui pourraient limiter son expansion au sud de la frontière, son principal marché de croissance. Les enquêtes américaines ont déjà conduit à l’échec, l’an dernier, du projet d’acquisition par TD de First Horizon Corp, une société basée au Tennessee, pour 13,4 milliards de dollars américains.

Au Canada, entre-temps, FinTRAC a imposé à TD la plus lourde sanction pécuniaire jamais vue après qu’un examen de conformité réalisé en 2023 ait révélé cinq violations de la Loi sur les produits de la criminalité (blanchiment d’argent) et le financement du terrorisme et de ses règlements associés. Mais la pénalité administrative imposée par FinTRAC – totalisant plus de 9,18 millions de dollars – ne représente qu’environ 1,5 pour cent du montant mis de côté par TD pour ses prochaines amendes aux États-Unis.

FinTRAC a déclaré qu’il avait le pouvoir d’échanger des informations avec le BSIF, y compris les résultats des examens de conformité impliquant les institutions financières canadiennes. L’organisme de surveillance de la criminalité financière partage également des informations, notamment les résultats des examens et les mesures correctives, avec le Financial Crimes Enforcement Network aux États-Unis.

FinTRAC est chargé d’assurer la conformité de plusieurs secteurs d’activité du Canada, y compris les institutions financières, a écrit une porte-parole dans un communiqué envoyé par courrier électronique. Et ces institutions doivent mettre en place des contrôles pour se prémunir contre divers types de criminalité financière.

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a demandé aux régulateurs financiers de résoudre tous les problèmes en suspens chez TD parce que les responsables américains ont exprimé leurs inquiétudes quant à la capacité de la banque à identifier les crimes financiers, selon une source.

Les régulateurs américains se demandent également pourquoi leurs homologues canadiens n’ont pas réussi à repérer et à remédier aux problèmes liés aux contrôles des risques de blanchiment d’argent de la TD, a déclaré une autre source.

Le BSIF et FinTRAC relèvent tous deux de Mme Freeland, qui surveille les problèmes de réglementation de TD au Canada et aux États-Unis, a indiqué l’une des sources.

La porte-parole du ministère des Finances, Caroline Thériault, n’a pas répondu aux questions concernant l’évaluation de TD par le BSIF. Mais elle a souligné que l’examen du FinTRAC était uniquement axé sur le Canada.

« Le gouvernement continue de travailler en étroite collaboration avec ses homologues américains », a déclaré Mme Thériault dans un communiqué par courrier électronique.

Entre-temps, la TD s’efforce de répondre aux préoccupations du BSIF. La banque corrige son programme RCM. En collaboration avec les dirigeants des secteurs d’activité de la banque, ce travail a été supervisé par Monica Kowal, vice-présidente principale et chef de la conformité de la TD ; Denise Morris, vice-présidente à la conformité; et Emily Jelich, vice-présidente de la conformité, a indiqué l’une des sources. (Mme Jelich prendra sa retraite de la banque fin juin, selon une autre source.)

En janvier, la TD a embauché Erin Morrow, qui travaillait auparavant dans le domaine de la conformité chez Citibank, basée à New York, au poste de chef adjoint de la conformité, a ajouté cette personne.

La TD investit dans son infrastructure de risque et de contrôle, dépenses qui pèsent sur ses bénéfices. L’année dernière, la banque a déclaré qu’elle prévoyait d’afficher cette année une perte nette ajustée de 200 à 250 millions de dollars par trimestre dans son secteur d’activité interne en raison de ces dépenses.

Contrairement à FinTRAC, les conclusions du BSIF issues de son évaluation de TD ne seront pas divulguées au public en raison des dispositions de confidentialité de la loi canadienne.

Un porte-parole du BSIF a déclaré que l’organisme de réglementation ne peut pas commenter les questions confidentielles avec la banque, mais qu’il s’attend à ce que les membres du conseil d’administration s’engagent à atténuer les risques non financiers.

« Nous attendons des conseils d’administration qu’ils examinent de manière approfondie leur surveillance des risques non financiers et qu’ils les synthétisent dans une approche à l’échelle de l’entreprise visant à protéger leurs institutions contre les menaces à leur intégrité et à leur sécurité », a déclaré le surintendant Peter Routledge dans un communiqué par courrier électronique.

Le BSIF devrait toutefois partager des informations de surveillance sur TD avec le Bureau du contrôleur de la monnaie, qui réglemente les banques nationales aux États-Unis, en raison d’un accord de partage d’informations existant. Les deux régulateurs bancaires ont partagé des informations de surveillance sur TD dans le passé, y compris la performance de la banque lors de l’examen des pratiques de vente de l’OCC en 2017, selon une quatrième source.

« L’OCC ne fait aucun commentaire sur des banques spécifiques ou sur des activités de surveillance », a écrit un porte-parole dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

Le BSIF a mis à jour ses exigences RCM pour les banques pour la dernière fois il y a dix ans. Ces directives exigent que les banques examinent et mettent à jour leurs cadres RCM au moins une fois par an afin de se tenir au courant de l’évolution des risques de conformité réglementaire.

Les tests proactifs des contrôles sont la pierre angulaire d’un programme RCM efficace. Ces tests basés sur les risques créent des boucles de rétroaction pour les différentes unités commerciales d’une banque, qui sont ensuite censées utiliser les informations pour corriger les faiblesses.

Dans le cas de TD, les échecs de ses tests basés sur les risques pourraient avoir conduit à des contrôles défectueux, a indiqué l’une des sources.

Les problèmes de la TD avec son cadre RCM remontent à des années. En 2015, son programme RCM a été soutenu par Thomson Reuters Corp. La banque a cependant rencontré un problème logiciel qui a nécessité une reconstruction de son programme RCM, a indiqué l’une des sources.

(Woodbridge Co. Ltd., la société holding de la famille Thomson et actionnaire majoritaire de Thomson Reuters, possède également The Globe.)

Thomson Reuters a refusé de commenter.

Puis, en 2016, la TD a remplacé la plateforme de Thomson Reuters par celle d’Archer Technologies LLC, une société de gestion des risques d’entreprise basée à Overland, au Kansas.

TD a cependant rencontré des problèmes lors du processus de mise en œuvre, a déclaré la source, qui a souligné qu’il n’y avait rien de mal avec la plateforme Archer. Les banques rencontrent parfois des problèmes technologiques lorsqu’elles tentent d’associer de nouvelles technologies à leurs systèmes existants.

Le processus de remédiation de TD tente également de résoudre le reste de ces problèmes RCM, a indiqué une autre source.

Archer n’a pas fait de commentaire.

La banque a également consolidé les données fragmentées entre ses différentes activités pour s’assurer qu’elles soient intégrées aux plates-formes technologiques qui surveillent et identifient les risques, selon une source.

L’examen de conformité de FinTRAC, mené en 2023, a identifié des faiblesses dans les processus et les contrôles que la TD avait mis en place pour évaluer le risque client. Ce problème technologique a depuis été résolu par la banque, a ajouté cette source.

Lorsqu’on lui a demandé si FinTRAC menait d’autres travaux de correction avec TD, la porte-parole de l’unité de renseignement financier a déclaré dans le courriel : « Lorsque des lacunes graves sont identifiées lors d’un examen de conformité des institutions financières, CANAFE exige la création de plans d’action détaillés pour action corrective. Pour les grandes banques du Canada, le Centre suit l’évolution de ces plans d’action au minimum sur une base trimestrielle.

Quant au BSIF, ce n’est pas la première fois que le régulateur bancaire signale des problèmes avec l’approche de la TD en matière de gestion de ses risques en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Les responsables du BSIF ont soulevé la question directement avec Ed Clark, alors chef de la direction, en 2010 et 2011, selon une cinquième source confidentielle.

M. Clark a refusé de commenter.

Pour sa part, TD a embauché le cabinet de conseil en risques Proviti, une filiale en propriété exclusive de Robert Half Inc., pour lui donner des conseils sur l’amélioration de ses contrôles anti-blanchiment d’argent, a indiqué l’une des sources.

« Conformément aux politiques de Protiviti, nous ne commentons pas publiquement les affaires de nos clients », a écrit Lisamarie Lukas, directrice principale des communications de Protiviti.

La banque a déjà lancé une refonte de son programme américain et mondial de lutte contre le blanchiment d’argent et a investi plus de 500 millions de dollars pour améliorer ses plateformes et remédier aux faiblesses.

Dans une note interne adressée aux employés, le PDG de la TD, Bharat Masrani, a déclaré que la banque remaniait son programme de lutte contre le blanchiment d’argent en embauchant de nouveaux dirigeants et des centaines d’employés, en repensant les contrôles, en créant de nouveaux processus, en déployant de nouvelles technologies et en mettant en œuvre une formation améliorée.

« Nous n’avons pas répondu à nos attentes ni à nos obligations réglementaires en matière de surveillance, de détection, de signalement et de réponse aux activités suspectes. En conséquence, les criminels ont brisé nos défenses et ont utilisé la banque pour blanchir de l’argent », a déclaré M. Masrani dans la note.

«C’est absolument inacceptable. Bien que nos systèmes aient stoppé de nombreuses activités, je suis profondément déçu qu’il y ait eu des cas graves où nous n’avons pas réussi à arrêter ces criminels. Cela va à l’encontre de nos valeurs et de tout ce en quoi nous croyons.

Étiquettes : , , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *