L’économie de Cisjordanie est essentielle pour stabiliser l’Autorité palestinienne ou forcer son effondrement

13 views 9:20 pm 0 Comments mai 31, 2024

Si elles sont pleinement mises en œuvre, les dernières mesures fiscales, bancaires et d’indemnisation des victimes d’Israël pourraient entraîner l’effondrement de deux décennies de stabilité relative en Cisjordanie – ainsi que tout projet visant à ce que l’Autorité palestinienne joue un rôle d’après-guerre à Gaza.

Le 22 mai, le ministre israélien des Finances, Bezalel Smotrich, a annoncé son intention de retenir les recettes fiscales de l’Autorité palestinienne jusqu’à nouvel ordre. Faisant référence à deux développements internationaux récents – la reconnaissance unilatérale par l’Irlande, la Norvège et l’Espagne d’un État palestinien, et l’annonce selon laquelle la Cour internationale de Justice demanderait des mandats d’arrêt contre des responsables israéliens – le ministre d’extrême droite a déclaré : « Les Palestiniens opèrent contre Israël. avec le terrorisme politique et encouragent des mesures unilatérales envers le monde, et par conséquent nous ne devrions pas continuer à leur transférer de l’argent… Si cela provoque l’effondrement de l’Autorité palestinienne, qu’elle s’effondre… Je ne relancerai pas artificiellement l’Autorité palestinienne. PA pour que cela puisse jouer contre moi.

Smotrich a également annoncé son intention de franchir une étape supplémentaire aux conséquences considérables : d’ici fin juin, il ne prolongera plus l’indemnisation accordée aux banques correspondantes israéliennes qui transfèrent de l’argent aux banques de Cisjordanie. Cette indemnisation est nécessaire car les banques craignent d’être sanctionnées pour avoir transféré de l’argent destiné à des activités terroristes. Les conséquences pratiques de cette menace sont que les banques israéliennes n’effectueraient plus de transactions sur les comptes bancaires palestiniens (y compris le transfert de transferts de recettes fiscales) et que les entreprises israéliennes qui font des affaires avec l’Autorité palestinienne ne seraient plus en mesure de déposer des chèques pour payer les salaires des Palestiniens. travailleurs en Israël ou effectuer des virements bancaires électroniques.

Deux autres lois israéliennes qui devraient entrer en vigueur le 1er juin affecteront également la situation financière de l’Autorité palestinienne : la loi sur l’indemnisation des victimes du terrorisme et la loi sur l’indemnisation des victimes des hostilités. Les deux permettront aux victimes d’actes terroristes de réclamer une indemnisation à l’Autorité palestinienne, qui sera prélevée sur tous les fonds de l’Autorité palestinienne sur lesquels Israël contrôle, y compris les recettes fiscales. Naturellement, cette législation pourrait donner lieu à des poursuites contre l’AP s’élevant à des centaines de millions de dollars, provoquant potentiellement son effondrement économique.

Prises ensemble, la mise en œuvre de ces mesures nuirait progressivement à la capacité du gouvernement de l’Autorité palestinienne à fonctionner, entravant considérablement, voire anéantissant, sa capacité à payer les salaires des employés (y compris le personnel de sécurité) et à fournir des services aux civils. En d’autres termes, cela signifierait l’effondrement de l’AP – même si ce n’est pas de facto, certainement de jure – et une nouvelle détérioration de l’économie de la Cisjordanie.

La combinaison du dysfonctionnement de l’AP et d’une situation économique difficile pourrait conduire à l’anarchie, à la violence et au terrorisme contre les autorités de l’AP et contre les Israéliens. Il est également raisonnable de supposer que les forces de sécurité de l’AP, qui de toute façon ne sont pas très motivées à coopérer avec Israël ou à éradiquer le terrorisme, deviendraient moins motivées à le faire, et que la « résistance » – en particulier le Hamas, qui cherche à saper la stabilité en Cisjordanie – en bénéficierait.

Deux décennies de stabilité relative menacées

Lorsque la deuxième Intifada a pris fin et que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est arrivé au pouvoir en 2005, la Cisjordanie a entamé une longue période de relative stabilité qui a duré près de deux décennies, à l’exception de quelques crises. Mais aujourd’hui, c’est la menace la plus grave qui pèse sur elle.

La stabilité du territoire repose sur trois piliers principaux :

  1. Un gouvernement palestinien relativement efficace qui coopère avec Israël, notamment sur les questions de sécurité.
  2. Un public palestinien préoccupé par la vie quotidienne et qui, pour l’essentiel, ne s’engage pas dans la violence.
  3. La force limitée des éléments terroristes, notamment du Hamas.

Dans cet arrangement, Israël fournit à l’Autorité palestinienne et aux résidents de Cisjordanie un filet de sécurité économique et bénéficie en retour d’une coordination sécuritaire et d’un calme relatif de la part du grand public. Même aujourd’hui, après des mois de guerre à Gaza, la plupart des Cisjordaniens sont restés assez passifs et ont ignoré les appels du Hamas à ouvrir un autre front contre Israël.

Pourtant, la guerre a causé un autre problème majeur en Cisjordanie : elle a aggravé la situation économique du territoire. Immédiatement après le déclenchement du conflit, 170 000 travailleurs de Cisjordanie se sont vu interdire de continuer à travailler en Israël, et la perte de salaire a porté un coup dur à l’économie palestinienne.

Dans le même temps, Israël a réduit les recettes fiscales mensuelles de l’AP, qui s’élevaient en moyenne à environ 175 millions de dollars provenant des taxes à l’importation, des droits d’accise, des taxes sur la valeur ajoutée et des impôts directs. Ces taxes étaient devenues la principale source de revenus de l’Autorité palestinienne ces dernières années. En vertu des accords d’Oslo, Israël collecte des recettes fiscales pour l’Autorité palestinienne et les transfère ensuite à Ramallah après déduction des services israéliens rendus aux Palestiniens, tels que l’électricité, l’eau et les eaux usées. Pourtant, Smotrich a décidé de commencer à déduire également la part de Gaza des recettes fiscales.

Actuellement, la dette extérieure de l’Autorité palestinienne s’élève à 5,4 milliards de dollars – envers les banques, pour le paiement des retraites et envers les prestataires de services. Son déficit mensuel est d’environ 110 à 125 millions de dollars, contre environ 50 millions de dollars en temps normal. Le PIB par habitant au quatrième trimestre 2023 était de 910 dollars, en baisse de 20 % par rapport au même trimestre de l’année dernière, tandis que le chômage en Cisjordanie atteint désormais 30 %.

L’Autorité palestinienne ne verse qu’une partie des salaires (50 à 70 %) à ses 145 000 employés, y compris le personnel de sécurité chargé de prévenir le terrorisme. Cela a eu un impact négatif sur leur fonctionnement et nombre d’entre eux ne viennent pas régulièrement travailler.

En février, la Banque mondiale a annoncé qu’en raison de l’impact de la guerre à Gaza sur l’emploi et la consommation en Cisjordanie, l’AP risquait d’entrer dans une « spirale budgétaire ». Des déclarations plus récentes de la Banque mondiale ont évoqué la possibilité d’un effondrement économique de l’Autorité palestinienne.

Que veut vraiment Smotrich ?

En septembre 2017, Smotrich a publié un plan visant à mettre fin au conflit israélo-palestinien. Appelé « plan décisif », il impliquerait l’effacement de la Ligne verte, l’annexion de tous les territoires à Israël et l’inondation de la Cisjordanie avec des colons israéliens. En d’autres termes, Smotrich a présenté une « solution à un État » détaillée, cet État étant Israël.

Quant au sort des Palestiniens, Smotrich a écrit : « Quiconque veut renoncer à la réalisation de ses aspirations nationales et est capable de le faire pourra rester ici et vivre en tant qu’individu dans l’État juif… Le résident ne sera pas considéré comme un citoyen israélien, mais vivra selon un modèle qui permettra « l’autogestion de la vie communautaire ». À mesure que le processus progresse et est internalisé, ces Palestiniens pourront s’intégrer en tant que citoyens de l’État. d’Israël. » En revanche, un Palestinien « qui ne veut pas ou ne peut pas mettre de côté ses aspirations nationales » recevra « l’aide israélienne pour émigrer vers l’un des nombreux pays arabes, ou vers toute autre destination dans le monde ».

Notamment, en plus d’être ministre des Finances, Smotrich occupe également un poste important au ministère de la Défense, où il est responsable de l’administration civile et des colonies en Cisjordanie. Cela lui confère une autorité substantielle en Cisjordanie, notamment dans la promotion des colonies et l’augmentation du contrôle israélien sur la vie des Palestiniens. Récemment, par exemple, il a annoncé qu’il établirait une nouvelle colonie en Cisjordanie pour chaque pays reconnaissant la Palestine comme État.

De plus, bien que Smotrich soit la figure dominante dans l’initiative des changements dans les colonies, des restrictions économiques et d’autres mesures affectant la Cisjordanie, d’autres membres du gouvernement partagent sa vision d’un élargissement de la souveraineté juive à un degré ou à un autre (voir par exemple la politique inaugurale du gouvernement Netanyahu). lignes directrices publiées fin décembre 2022). Et comme lui, beaucoup d’entre eux ne perçoivent pas l’effondrement potentiel de l’Autorité palestinienne comme un problème – au contraire, ils y voient une étape supplémentaire vers la réalisation de leur vision politique, religieuse et nationale.

Conclusion

L’économie de l’Autorité palestinienne a toujours été soumise à des faiblesses structurelles fondamentales et à une profonde dépendance à l’égard d’Israël. Pourtant, les parties ont réussi à maintenir une sécurité relative et une stabilité économique en Cisjordanie pendant deux décennies. Pourtant, les indicateurs actuels…Les travailleurs palestiniens n’ont pas pu retourner en Israël pendant la guerre ; la déduction croissante des recettes fiscales de l’AP ; la menace de deux nouvelles lois économiques qui pourraient vider les coffres de l’Autorité palestinienne – toutes pointent vers un potentiel Effondrement de l’Autorité palestinienne et crise économique en Cisjordanie dans les mois à venir.

La Cisjordanie était déjà confrontée à un niveau de violence accru avant le 7 octobre, et la guerre à Gaza a montré jusqu’où une telle violence peut aller et avec quelle rapidité. Israël ne veut pas gérer une nouvelle crise sécuritaire tout en essayant de mener à bien la campagne contre Gaza et de prévenir une escalade au nord et au sud.

Pourtant, Smotrich a clairement indiqué qu’un effondrement de l’AP faisait partie de son plan, et il n’y a aucune voix au sein du gouvernement israélien pour s’opposer à ce point de vue. Si elle est pleinement appliquée, cette politique ne fera que perturber les efforts déployés par les États-Unis et leurs partenaires arabes pour réformer l’Autorité palestinienne, à un moment où les tensions avec Washington sont déjà fortes.

Enfin, si Israël veut conserver durablement son caractère juif et démocratique et éviter de s’orienter vers « un État pour deux peuples », il doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour préserver la séparation entre Israéliens et Palestiniens. L’existence d’une Autorité palestinienne opérationnelle est une condition essentielle pour atteindre cet objectif, tout comme les efforts visant à assurer un niveau de vie raisonnable, la sécurité et la stabilité aux résidents de Cisjordanie.

Neomi Neumann est chercheuse invitée au Washington Institute et ancienne directrice de l’unité de recherche de l’Agence de sécurité israélienne.

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *