Marchés

Vendredi, le chemin de moindre résistance sur les marchés des rendements était toujours vers le sud.. Après la réunion/conférence de presse de la Fed de mercredi, les investisseurs ont clairement vu le verre à moitié vide plutôt qu'à moitié plein. Les points suggèrent le contraire, les prévisions de croissance et d’inflation étant révisées à la hausse. Toutefois, les marchés ont tiré un « réconfort accommodant » du fait que que le point médian de la trajectoire des taux pour 2024 maintenait (de peu) la « guidance de réductions de taux cumulées de 75 points de base ». Dans le même temps, Powell n’a pas montré d’inquiétude quant à l’assouplissement en cours des conditions financières, même si la (dés)inflation suivait une trajectoire plus cahoteuse. Il a également suggéré que le double mandat de la Fed pourrait l'amener dans une position où, si les données du marché du travail devaient se détériorer, elle pourrait commencer à réduire les taux avant même d'avoir atteint un retour complet à l'objectif de 2 %. Les marchés envisagent à nouveau pleinement l'option d'une première baisse des taux de la Fed en juin (actuellement +/- 85%). Les rendements américains se sont encore éloignés de leurs récents sommets depuis le début de l'année, perdant 4,7 points de base (2 ans) à 7 points de base (5 et 10 ans). La question reste de savoir si l'évaluation « sélective » de Powell des données récentes (et des points) sera confirmée par les données et si sa vision douce a le soutien d'une majorité au sein du MPC. En regardant la répartition des points de taux d’intérêt, nous ne sommes pas convaincus. Bostic, président de la Fed d'Atlanta Vendredi, il a indiqué qu'il ne voyait la possibilité que d'une seule réduction des taux cette année, car il est de moins en moins confiant quant à l'inflation. Les rendements européens et britanniques ont baissé parallèlement. Les rendements allemands ont cédé entre 4,8 points de base (2 ans) et 8,4 points de base (30 ans). Les rendements britanniques se sont détendus entre 5,6 points de base (2 ans) et 6,7 points de base (10 ans), alors que l'attention de la BoE s'est désormais entièrement tournée vers le calendrier d'une baisse des taux. Nous constatons également que la baisse des rendements cette fois-ci n'a pas vraiment aidé les actions. (S&P 500 -0,14%, un timide signe de fatigue ?). Sur les marchés des changes, le dollar est resté aux commandes. DXY est revenu au nord de 104 (clôture de 104,43). L'EUR/USD s'est retrouvé à portée du grand chiffre de 1,08 (clôture à 1,0808). L'USD/JPY a perdu quelques ticks alors que les marchés étaient en alerte pour des interventions (verbales) alors que le yen s'approchait à nouveau de ses plus bas pluriannuels (clôture 151,41).

Ce matin, les responsables chinois et japonais ont en effet lancé une offensive pour éviter de nouvelles pertes de change.. Le vice-ministre japonais des Finances et des Affaires économiques a averti ce matin que l'affaiblissement actuel du yen n'est pas conforme aux fondamentaux et est clairement motivé par la spéculation. Il a conclu que les autorités prendraient les mesures appropriées contre les fluctuations excessives. USD/JPY s'atténue légèrement ce matin (151,35). Le yuan a également rebondi vers la zone USD/CNY 7,20 après avoir franchi cette barrière technique clé la semaine dernière alors que la PBOC via un fixage fort, il a suggéré son inconfort face à une devise plus faible. Aujourd'hui, le calendrier écologique aux États-Unis et dans l'UEM ne contient que des publications sectorielles. Plus tard cette semaine, les données américaines incluent confiance des consommateurs et commandes de biens durables (You are), les inscriptions au chômage et l'indice PMI de Chicago (jeudi) et les déflateurs PCE de février (vendredi). Dans l'UEM, les États membres publieront à partir de mercredi les données de l'IPC de mars. Nous restons attentifs, mais le « rallye des obligations Powell » a encore de la marge. La situation technique du dollar (DXY et EUR/USD) se renforce. Une cassure en dessous de 1,0796 EUR/USD ouvrirait la voie au plus bas depuis le début de l'année (1,0695).

Actualités et opinions

Glapinski, gouverneur du NBP dans une interview au Financial Times, il a tendu un rameau d'olivier au Premier ministre Tusk. Tusk accuse Glapinski, nommé par le PiS, d'avoir réduit les taux d'intérêt pour des raisons politiques avant les élections d'octobre, à un moment où l'inflation était encore bien trop élevée. Ses législateurs ont également récemment porté plainte pour des actes répréhensibles présumés liés à l'achat illégal (sur le marché primaire) d'obligations d'État et à une comptabilité trompeuse (prévoyant un bénéfice important – qui s'est finalement transformé en perte – pour 2023, permettant à l'ancien gouvernement PiS de prendre en compte un gros dividende dans son budget pré-électoral). Le gouverneur du NBP nie toutes les accusations et dit comprendre qu'accuser le gouvernement (précédent) et la banque centrale d'être à l'origine de l'inflation était le moyen le plus simple de gérer la campagne électorale. Mais le scrutin étant désormais terminé Glapinski appelle à des négociations pour tenter de mettre fin à une querelle qui nuit à l'image internationale du pays.

Le Slovaque Korcok a remporté une victoire surprise au premier tour des élections présidentielles ce week-end. L'ancien diplomate pro-européen a obtenu 42,5% des voix contre 37% pour Pellegrini. Pellegrini est le chef du parti Hlas, qui a rejoint une coalition gouvernementale dirigée par le premier ministre Fico et son parti Smer à la suite des élections d'octobre 2023. Le président slovaque peut opposer son veto à la législation et nommer des représentants du gouvernement, des juges et des banquiers centraux. Avec Pellegrini à la tête de l'État, la capacité du gouvernement dirigé par Fico à faire adopter un programme qui suscite de plus en plus d'inquiétudes européennes augmente considérablement. Le dernier tour présidentiel aura lieu le 6 avril.

Téléchargez le commentaire complet du marché Sunrise

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *