Macron met les banques françaises en jeu avec un plan de transformation de l’Europe

8 views 5:00 pm 0 Comments mai 13, 2024

(Bloomberg) – Le président Emmanuel Macron s’est déclaré ouvert à l’idée de voir une grande banque française être rachetée par un rival de l’Union européenne afin de stimuler une intégration financière plus approfondie qu’il considère comme essentielle à la prospérité future du bloc.

Les plus lus sur Bloomberg

« Traiter en tant qu’Européens signifie que vous avez besoin d’une consolidation en tant qu’Européens », a déclaré Macron dans une interview avec le rédacteur en chef de Bloomberg, John Micklethwait, en marge du sommet sur l’investissement Choose France à Versailles, près de Paris. « Nous devons maintenant ouvrir cette boîte et proposer une approche de marché unique beaucoup plus efficace. »

Lesen Sie es auf deutsch.

Alors que l’Europe fait face à la guerre russe en Ukraine et à la détérioration constante du système commercial mondial, Macron tente de persuader ses partenaires européens d’adopter ce qu’il considère comme un programme de réformes transformateur pour faire de l’UE une Union plus unie et plus puissante. force économique. Ce n’est qu’en protégeant plus intelligemment ses intérêts, en réduisant la réglementation au sein du marché unique et en libérant la puissance de feu financière du bloc, affirme Macron, que l’UE aura une chance d’affronter la Chine et les États-Unis.

Avec 15 milliards d’euros (16 milliards de dollars) de nouveaux investissements étrangers annoncés lors de la conférence de lundi, soulignant le changement radical par rapport à l’époque où son prédécesseur, François Hollande, déclarait que la finance était l’ennemi du pays, Macron tente de démontrer que sa vision ne se résume pas à autre chose. que la rhétorique. « Nous avons clairement comblé l’écart avec les autres et nous sommes désormais leaders en Europe », a-t-il déclaré après avoir passé la matinée à discuter des projets d’expansion de Microsoft Corp. en France.

Mais ses propositions se heurtent néanmoins à une vive opposition de la part de l’Allemagne et de ses alliés traditionnels, qui hésitent à mettre en commun leurs dettes financières avec le reste de l’UE et sont nerveux à l’idée d’adopter l’idée d’un capitalisme à la française.

« Nous devons complètement réinitialiser notre modèle », a déclaré Macron.

Un échec, selon le dirigeant français, enfermerait l’Europe sur la voie d’un déclin économique à long terme et d’une perte de pertinence. Les assistants dressent un sombre tableau de ce à quoi cela ressemblerait, avec un déclin industriel, une baisse de la productivité et des dettes publiques écrasantes, rendues encore plus lourdes par le fardeau d’un vaste État-providence et d’une population vieillissante.

Regardez l’interview en entier ici. Lisez la transcription complète ici.

Au cœur du plan de Macron se trouve l’idée de libérer la puissance financière refoulée de l’Europe pour générer une vague d’investissements visant à moderniser l’économie, stimuler la croissance, stimuler l’innovation et renforcer l’armée du continent face à la menace d’agression russe.

« Nous avons choisi la France, c’est une plaque tournante très, très importante pour nous ici sur le continent », a déclaré David Solomon, PDG de Goldman Sachs Group Inc., dans une interview télévisée avec Jonathan Ferro de Bloomberg à Versailles. nos gens aiment vivre ici », a-t-il ajouté.

La France abrite plusieurs des plus grandes banques de la zone euro, dont BNP Paribas SA avec un bilan de 2 700 milliards d’euros, suffisant pour rivaliser avec le PIB de plusieurs pays. La banque a été surnommée la JPMorgan Chase & Co. d’Europe, mais sa valeur marchande de 80 milliards d’euros est éclipsée par celle des plus grandes banques américaines.

Macron a déclaré que l’incapacité de la BNP à réaliser des fusions transfrontalières soulevait « plusieurs problèmes ».

« Nous avons besoin d’une consolidation », a déclaré Macron, afin que la BNP puisse racheter des concurrents plus petits. Lorsqu’on lui a demandé si cela pourrait également inclure l’acquisition par des rivaux européens d’un prêteur français tel que Société Générale SA, il a répondu : « Oui, bien sûr ».

Inscrivez-vous à la newsletter Paris Edition pour comprendre ce qui se passe dans la ville et l’avenir des entreprises françaises.

L’une des raisons du problème remonte à la crise financière, lorsque des gouvernements individuels ont dû intervenir et sauver leurs banques nationales, révélant ainsi les fractures du marché européen. Les dirigeants politiques de la région ont fait des progrès en forgeant des liens plus étroits en réponse à la crise de la dette souveraine qui a suivi, en confiant des pouvoirs de surveillance à la Banque centrale européenne et en établissant une autorité commune pour liquider les prêteurs en faillite.

Mais il manque le dernier élément de la soi-disant union bancaire européenne – l’assurance commune des dépôts. L’Allemagne et des pays partageant les mêmes idées ont bloqué les efforts visant à aller de l’avant, arguant que les épargnants de leur pays ne devraient pas subir les pertes des banques d’autres pays.

Les banquiers affirment souvent que cela entrave les fusions transfrontalières dans le bloc parce que les fonds dans un pays ne sont pas considérés comme aussi sûrs que ceux d’un autre.

Il existe également un problème européen fondamental : les États membres hésitent à voir leurs champions nationaux rachetés par de plus grands rivaux, même si cela contribue à renforcer l’économie européenne dans son ensemble.

« C’est un monde totalement nouveau et nous avons besoin de ce nouveau modèle économique pour les Européens », a déclaré Macron à Bloomberg lundi.

Le dirigeant français a exposé le cadre géopolitique de sa réflexion dans un discours prononcé le mois dernier à la Sorbonne, à Paris, dans lequel il a affirmé que le monde était confronté à « un moment de bouleversement sans précédent » et que l’UE devait agir de toute urgence pour éviter d’être laissée pour compte.

En réponse, il a déclaré que l’UE devait être moins naïve lorsqu’il s’agissait d’adopter des mesures protectionnistes lorsque ses intérêts sont menacés, puisque ni la Chine ni les États-Unis ne respectent plus les règles de l’Organisation mondiale du commerce. En outre, le budget de l’UE devrait être augmenté de 1 000 milliards d’euros pour accompagner l’augmentation des investissements privés en créant un marché unique des produits financiers et de l’épargne.

« Nous avons besoin de beaucoup plus d’investissements basés sur un budget commun », a déclaré Macron lundi. « Il nous en faut 1 000 milliards de plus. »

Macron a établi ses références en tant que réformateur depuis son arrivée au pouvoir en France il y a sept ans.

Il a reconstruit la crédibilité de la France au début de son mandat en prenant des mesures pour ramener le déficit budgétaire dans les limites de l’UE – quoique brièvement – ​​et en faisant adopter des réformes du travail favorables aux entreprises qui faisaient écho aux efforts allemands du début des années 2000. L’offensive de charme a porté ses fruits, contribuant à propulser la France au sommet du classement pour attirer de grands projets d’investissement.

Combiné avec des réductions d’impôts pour les entreprises et des réformes du travail pour faciliter l’embauche et le licenciement, cela a poussé le chômage à son plus bas niveau depuis 40 ans et a poussé le taux de croissance de la France au-dessus de ses pairs européens.

Mais la situation macroéconomique s’effiloche désormais, alors que l’économie peine à se remettre de la crise inflationniste et que le taux de chômage a cessé de chuter à un niveau bien supérieur à l’objectif de plein emploi que Macron s’était lui-même fixé. Le président peine à maîtriser le déficit budgétaire et la dette est sur une trajectoire ascendante. Tout cela ajoute à l’urgence de son appel.

Il n’y a pas que dans le secteur de l’énergie que la grande vision de Macron se heurte aux complexités du cadre économique existant en Europe.

TotalEnergies SE, une autre société française ayant le potentiel de devenir un champion européen, menace de déplacer sa cotation principale à New York en invoquant la lourde réglementation climatique en Europe qui, selon son PDG Patrick Pouyanne, restreint l’accès du producteur pétrolier au capital et fait baisser sa valorisation. La capitalisation boursière de Total, qui s’élève à 165 milliards d’euros, serait 40 % plus élevée si ses bénéfices étaient évalués sur la même base que ses concurrents américains comme Exxon Mobil Corp, selon les calculs de Bloomberg.

Macron a déclaré qu’il ne serait pas heureux si Pouyanne décidait finalement de déplacer la cotation principale de Total. « Et je serais très surpris », a-t-il ajouté. « La réglementation américaine en matière de changement climatique devrait être plus sérieuse et s’aligner sur celle européenne. »

Mais la banque et la finance sont au cœur de la vision de Macron.

Alors que d’autres banques européennes fermaient leurs activités afin d’économiser sur les coûts ou le capital, BNP Paribas est intervenu pour combler le vide. Notamment dans le trading d’actions, la banque française se targue d’être la dernière société de l’Union européenne à exercer une activité de prime brokerage. BNP Paribas est devenu un candidat évident pour l’acquisition de banques à travers l’Europe lorsqu’il a libéré des milliards d’euros grâce à la vente opportune d’une unité américaine au début de l’année dernière. Pourtant, les dirigeants de la banque française ont renoncé à réaliser de grandes opérations et ont plutôt utilisé le capital pour racheter des actions, investir dans ses activités et réaliser des acquisitions dites ciblées.

Le prêteur possède déjà des divisions dans d’autres pays européens, notamment en Allemagne et en Italie. L’acquisition de concurrents sur ces marchés lui permettrait de se développer davantage, mais il serait sans doute également difficile de tirer pleinement parti de ces accords en raison des restrictions imposées aux suppressions d’emplois.

L’agrandissement des grandes banques entraîne également une série de complications réglementaires. BNP Paribas pourrait être confrontée à des surtaxes de capital plus élevées en raison des risques plus importants qu’elle pourrait présenter si son bilan devait gonfler ou devenir plus complexe.

Lire la suite :Le JPMorgan de l’Europe ? Le géant français BNP Paribas est sur une bonne lancéeBNP vise la première place en matière d’actions européennes après que Deutsche Bank DealLe champion bancaire de l’Europe a 7,6 milliards d’euros à dépenserL’UE propose une voie plus douce pour la liquidation des petites banques

Macron a fait valoir que l’Europe ne devrait pas appliquer des normes de fonds propres plus strictes avant les États-Unis, car sinon cela donnerait aux banques américaines un avantage concurrentiel.

« Tant qu’il n’est pas mis en œuvre par les concurrents américains, il ne devrait pas être mis en œuvre par les concurrents européens », a-t-il déclaré. «C’est un tueur à la prise de risque car ces réglementations empêchent nos banques d’investir en actions. C’est exactement ce dont vous avez besoin.

L’un des principaux obstacles aux ambitions européennes de Macron est le voisin d’outre-Rhin de la France.

Au cours de son premier mandat, avec Angela Merkel à la chancellerie allemande, Macron a persuadé les Allemands d’adopter des politiques plus traditionnelles à la française, qui voyaient l’État jouer un rôle plus important dans l’économie.

En 2018, les deux pays ont lancé des initiatives pour soutenir des secteurs clés, notamment les batteries électriques et l’hydrogène. Lorsque le Covid a frappé, les règles sur les aides d’État ont également été suspendues et le vaste programme d’assouplissement quantitatif de la BCE a donné aux gouvernements la marge nécessaire pour adopter ce que Macron a appelé une approche « quoi qu’il en coûte » en matière de dépenses publiques. Plus important encore, Merkel a finalement adopté une proposition française de longue date visant à lancer un programme massif de dette commune pour investir dans la relance économique à long terme.

Les Européens partageant les mêmes idées ont salué cet accord de 2020 comme un moment décisif qui a levé le tabou allemand sur le financement commun.

Mais Olaf Scholz, en tant que chancelier, a refusé de répondre aux appels de Macron et d’autres membres du bloc pour discuter d’un autre cycle d’émissions conjointes d’obligations afin de renforcer les capacités militaires de l’Europe, le manque d’alchimie entre les principaux dirigeants européens ajoutant à la divergence politique entre leurs pays. Le ministre allemand des Finances, Christian Lindner, a déclaré le mois dernier à Bloomberg à Washington qu’il était pour lui plus logique sur le plan économique que les pays de l’UE restent responsables de leur propre budget.

Macron parie qu’à mesure que la pression économique et géopolitique sur l’Europe continue de croître, un certain degré d’intérêt personnel éclairé contribuera à convaincre les Allemands.

« L’intérêt de l’économie allemande est totalement aligné sur l’intérêt de l’économie française, c’est-à-dire créer des emplois, créer de la valeur, mais simplement protéger vos entreprises et vos collaborateurs lorsqu’ils sont attaqués par des mesures injustes. Et c’est normal, ça fait partie du business », a-t-il déclaré. « Pour moi, c’est une évidence. »

–Avec l’aide de Nicholas Comfort, Caroline Connan, Phil Serafino, Zoe Schneeweiss et Arne Delfs.

Les plus lus de Bloomberg Businessweek

©2024 Bloomberg LP

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *