Risque de règlement des changes : une question non résolue

17 views 8:00 am 0 Comments décembre 5, 2022

Le risque de règlement des changes, le risque qu’une partie à une transaction de devises ne parvienne pas à livrer la devise due, peut entraîner des pertes importantes et compromettre la stabilité financière. Les mécanismes de compensation et de paiement contre paiement (PvP) contribuent à atténuer ce risque. Cependant, près d’un tiers des transactions de change livrables, soit 2 200 milliards de dollars, était toujours à risque n’importe quel jour d’avril 2022, contre 1 900 milliards de dollars en avril 2019. Le risque de règlement demeure car les accords PvP existants ne sont pas disponibles ou ne conviennent pas à certaines transactions. ou les acteurs du marché les trouvent trop chers. Les initiatives politiques en cours et l’innovation du secteur privé visent à encourager l’adoption du PvP pour davantage de devises et d’acteurs du marché. 1

Classement JEL : E42, F31, G15.

Le risque de règlement des changes, c’est-à-dire le risque qu’une partie à une transaction de devises ne parvienne pas à livrer la devise due, peut entraîner des pertes importantes pour les acteurs du marché, avec parfois des conséquences systémiques. La faillite de la Bankhaus Herstatt en 1974, l’exemple le plus connu, a érodé la confiance dans les relations interbancaires et provoqué un gel des prêts sur le marché monétaire (Galati (2002)). Des exemples récents incluent la perte de 300 millions d’euros de KfW Bankengruppe lors de l’effondrement de Lehman Brothers en 2008 (Hughes (2009)) et la perte de 130 millions de dollars de Barclays due à un petit bureau de change en mars 2020 (Parsons (2021)).

Près de 50 ans après la faillite de Herstatt, près d’un tiers des transactions de change livrables restent soumises au risque de règlement, selon de nouvelles données de l’enquête triennale 2022 de la BRI. Bien que cette part soit inchangée par rapport à l’enquête de 2019, le risque de règlement a augmenté en termes absolus, parallèlement à la croissance des opérations de change. Autrement dit, 2 200 milliards de dollars étaient en danger chaque jour d’avril 2022, contre une estimation de 1 900 milliards de dollars en avril 2019 (voir l’annexe technique).

Cette fonctionnalité évalue l’ampleur du risque de règlement des devises et les mécanismes en place pour l’atténuer.2 Nous documentons d’abord le niveau de risque actuel et ses composantes, en nous appuyant sur les données élargies sur le risque de règlement des changes contenues dans l’enquête triennale 2022 de la BRI. Deuxièmement, nous soulignons les raisons pour lesquelles le risque demeure. Troisièmement, nous présentons les initiatives politiques en cours et les innovations du secteur privé pour atténuer ce risque.

Points clés à retenir

  • En avril 2022, 2 200 milliards de dollars de transactions quotidiennes sur les devises étaient soumis au risque de règlement, contre 1 900 milliards de dollars estimés en avril 2019.
  • Le risque de règlement des changes, c’est-à-dire le risque qu’une partie à une transaction de change ne parvienne pas à livrer la devise due, persiste parce que les accords de règlement existants pour atténuer le risque ne sont pas disponibles, ou ne sont pas adaptés au règlement de certaines transactions, ou encore les acteurs du marché les trouvent trop chers.
  • Les parties prenantes des secteurs public et privé s’efforcent de réduire le risque de règlement des devises pour un plus large éventail de devises et d’acteurs du marché.

Les acteurs du marché disposent de deux options principales pour atténuer le risque de règlement des changes.3 Premièrement, ils peuvent compenser bilatéralement leurs obligations de paiement afin de réduire les montants qui doivent être réglés (« compensation avant règlement »). Deuxièmement, ils peuvent régler tout chiffre d’affaires restant via des accords de paiement contre paiement (PvP) ou via le même système de compensation, appelé « on-us ». Dans un mécanisme PvP, le paiement final d’une devise a lieu si, et seulement si, le paiement final de l’autre devise a lieu. Dans le cadre du règlement sur nous, les deux volets de paiement sont réglés dans les livres d’une seule institution. Toutefois, les parties ne sont protégées contre la perte que si les deux jambes se règlent. simultanément ou s’il est certain que le règlement aura lieu dans le cadre de lignes de crédit préautorisées (c’est-à-dire « à notre charge avec protection contre les pertes »).4

La compensation avant règlement a réduit le risque de règlement dans près d’un cinquième du chiffre d’affaires livrable en 2022, inchangé par rapport à 2019 (graphique 1.A, barres bleues). À mesure que le chiffre d’affaires a augmenté, cela équivaut à une compensation avant règlement de 1 300 milliards de dollars par jour (tableau 1), contre 1 100 milliards de dollars estimés en 2019. L’augmentation peut être attribuée à une plus grande disponibilité de services de compensation automatisés, également motivée par la pression du marché pour réduire les coûts de financement.

Dans le chiffre d’affaires restant à régler, une grande partie du risque de règlement demeure malgré l’adoption plus large des accords PvP depuis 1997. En avril 2022, 3 500 milliards de dollars de chiffre d’affaires livrable ont été réglés avec atténuation des risques (tableau 1 et graphique 1.A, barres vertes). Sur ce montant, 2 500 milliards de dollars ont été réglés via CLS, une infrastructure de marché financier mondial qui permet le PvP dans 18 devises (voir CPSS (2008), annexe 4, pour plus de détails sur CLS). Près de 1 000 milliards de dollars ont été réglés soit via d’autres accords PvP, soit via le même clearer, soit sur nous avec une protection contre les pertes. Les 2,2 billions de dollars restants ont été réglés via nous sans protection contre les pertes ou via d’autres accords non PvP et sont donc soumis à des risques.5

L’ampleur du risque de règlement des changes varie considérablement selon les juridictions (graphique 1.B). Dans certains endroits où les échanges sont moins importants, plus des trois quarts du chiffre d’affaires livrable étaient soumis au risque de règlement. En revanche, dans les zones où les volumes d’échanges sont les plus importants, seuls 20 à 40 % l’étaient, ce qui donne une moyenne mondiale de 31 %. En général, une part plus faible des transactions est réglée sans atténuation des risques dans les économies avancées (EA) que dans les économies de marché émergentes (EME).

Les transactions entre courtiers assujettis ont tendance à être réglées avec une atténuation des risques ; ceux qui ont des clients le sont moins (tableau 1). Par rapport aux grandes banques mondiales, les petits acteurs du marché n’ont souvent pas accès à certains accords PvP ou services de compensation.

L’engagement récent de l’industrie auprès du Comité des paiements et des infrastructures de marché (CPMI) de la BRI a mis en évidence des facteurs qui limitent l’adoption du règlement PvP (CPMI (2022)). Ces efforts de sensibilisation du secteur faisaient partie du programme plus large du G20 visant à améliorer les paiements transfrontaliers.6

Il y a d’abord un simple calcul coûts-avantages. L’adoption du PvP ou d’accords similaires nécessite que les acteurs du marché trouvent que les avantages individuels et systémiques de l’utilisation de l’accord dépassent les coûts, qui comprennent les frais de transaction, les frais mensuels et les investissements associés à l’adhésion au service. Certains petits acteurs du marché ont indiqué que l’adhésion aux accords PvP existants, ou l’accès indirect à leurs services par l’intermédiaire d’un participant direct, est trop coûteux ou peu pratique pour certaines activités commerciales.

Deuxièmement, le règlement non PvP peut être la seule option pour certaines contreparties, devises ou fuseaux horaires. Même si les accords PvP existants prennent en charge les paires de devises les plus activement négociées (graphique 2.A), les acteurs du marché ne sont pas toujours en mesure de les utiliser. Par exemple, CHATS dans la RAS de Hong Kong peut régler le renminbi chinois offshore par rapport au dollar américain, mais seules les institutions situées dans la RAS de Hong Kong, en Malaisie, en Indonésie ou en Thaïlande y ont accès. En outre, les accords PvP existants ne permettent pas toujours aux acteurs du marché de gérer correctement la liquidité intrajournalière. Par exemple, un accord PvP peut ne pas fonctionner dans une fenêtre temporelle correspondant aux périodes de pointe de liquidité. Le chiffre d’affaires dans les devises non prises en charge a également légèrement augmenté depuis 2016. Il s’agit principalement des devises EMDE par rapport au dollar américain (graphique 2.B) qui ne sont pas éligibles au règlement en CLS. En conséquence, les pays sans monnaie CLS affichent des taux de risque de règlement élevés (graphique 1.B).

Les acteurs des secteurs privé et public, y compris les banques centrales, collaborent pour favoriser une plus grande adoption du PvP. Le Global Foreign Exchange Committee (GFXC), qui comprend des banques centrales et des acteurs du marché, a renforcé ses orientations sur le risque de règlement dans le FX Global Code, un ensemble de principes de bonnes pratiques sur le marché des changes (GFXC (2021)). Le code appelle les acteurs du marché à utiliser le PvP si possible ou à réduire leur exposition au risque par d’autres moyens tels que la compensation et bénéficie du soutien du Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (BCBS-CPMI (2020)).

Le CPMI a décrit les rôles potentiels des parties prenantes des secteurs privé et public pour accroître l’adoption du PvP (CPMI (2022)). Par exemple, les banques centrales pourraient prolonger les heures d’ouverture des systèmes de paiement afin d’élargir la fenêtre disponible pour le règlement PvP à travers les fuseaux horaires. Cependant, les marchés monétaires locaux et les agents nostro devraient également ajuster leurs horaires et procédures de fonctionnement pour tirer parti de fenêtres de règlement plus longues. Le CPMI poursuivra son travail pour collaborer avec le secteur privé et éliminer tous les obstacles réglementaires et opérationnels à l’adoption du PvP. Il prévoit de publier un rapport final en 2023.

Les entreprises privées développent également de nouveaux services qui complètent les accords PvP existants en ciblant des devises supplémentaires et en offrant davantage d’options aux utilisateurs pour gérer les liquidités intrajournalières. Les opérateurs PvP historiques prévoient d’étendre leurs services aux devises des EME, et les petites fintechs recherchent de nouvelles façons de permettre le règlement PvP. Par exemple, une nouvelle solution permet aux utilisateurs de synchroniser les règlements sur les comptes de plusieurs fournisseurs nostro en utilisant la technologie du grand livre distribué plutôt que de régler sur les comptes d’une seule institution (c’est-à-dire le modèle CLS). Étant donné que l’avenir des paiements pourrait impliquer l’utilisation de plusieurs monnaies numériques de banque centrale (CBDC), le BIS Innovation Hub et le New York Innovation Center ont expérimenté le règlement de gros de CBDC en utilisant le PvP dans le projet Jura et le projet Cedar, respectivement (BIS (2021) , FRBNY (2022)).

Banque des règlements internationaux (BRI) (2021) : Projet Jura : règlement transfrontalier à l’aide de CBDC de gros, décembre.

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire et Comité sur les paiements et les infrastructures de marché (BCBS-CPMI) (2020) : Directives prudentielles sur la gestion du risque de règlement des changes et le Global FX Code, décembre.

Bech, M et H Holden (2019) : « Le risque de règlement des changes reste important », Revue trimestrielle BRI, Décembre, pp 48-9.

Comité des paiements et des infrastructures de marché (CPMI) (2022) : Faciliter l’adoption accrue du PvP – rapport consultatif, juillet.

Comité sur les systèmes de paiement et de règlement (CPSS) (2008) : Progrès dans la réduction du risque de règlement des changes, mai.

Banque de Réserve fédérale de New York (FRBNY) (2022) : Projet Cedar – Rapport de phase unNovembre.

Galati, G. (2002) : « Risque de règlement sur les marchés des changes et CLS Bank« , Revue trimestrielle BRIdécembre, pp 55-65.

Comité mondial des changes (GFXC) (2021) : FX Global Code, juillet.

Hughes, J (2009) : « Leçons sur la gestion d’un système de règlement fluide« , Temps Financier20 août.

Kos, D et R Levich (2016) : « Risque de règlement sur le marché mondial des changes : combien reste-t-il ?, Aperçus CLS26 octobre.

Lindley, R (2008) : « Réduire le risque de règlement des changes« , Revue trimestrielle BRI, Septembre, pp 53-65.

Parsons, J (2021) : « Les régulateurs évoquent les services publics pour lutter contre le risque de règlement des changes« , Risk.net30 novembre.

L’enquête triennale 2022 a été élargie pour inclure, entre autres, des données sur le règlement par type de contrepartie. Cela nous permet d’ajuster les données en cas de double comptabilisation locale et transfrontalière entre revendeurs, c’est-à-dire sur une base « net-net ». À titre de comparaison, nous estimons les données de règlement net-net pour 2019 en appliquant les parts non ajustées de chaque méthode de règlement au chiffre d’affaires net-net livrable. Par exemple, nous constatons que la part non ajustée du chiffre d’affaires des livrables sans atténuation des risques était de 31 % en 2019 (par coïncidence la même qu’en 2022). Étant donné que le chiffre d’affaires net des livrables s’élevait à 6 000 milliards de dollars en 2019, nous estimons que 1 900 milliards de dollars étaient soumis au risque de règlement.

Tableau 1 : Corrigé pour tenir compte de la double comptabilisation inter-commerçants locaux et transfrontaliers, c’est-à-dire sur une base « net-net » ; moyennes quotidiennes en avril ; le chiffre d’affaires réglé peut inclure des transactions exécutées avant avril mais réglées en avril.

Graphique 1.A : Corrigé du double comptage inter-opérateurs local mais non transfrontalier, c’est-à-dire sur base « net-brut » ; moyennes quotidiennes en avril ; Le règlement sur nous est le cas où les deux volets d’une transaction sont réglés dans les livres d’une seule institution ; les répondants en 2013 et 2019 n’ont pas indiqué si le règlement à notre charge était avec ou sans protection contre les pertes.

Graphique 1.B : Corrigé du double comptage inter-opérateurs local mais non transfrontalier, c’est-à-dire « net-brut » ; moyennes quotidiennes en avril ; quelques pays ont signalé un chiffre d’affaires réglé supérieur au chiffre d’affaires livrable, auquel cas nous utilisons le chiffre d’affaires réglé comme dénominateur.

Graphique 2 : corrigé des doubles comptabilisations inter-opérateurs locales et transfrontalières, c’est-à-dire sur une base « net-net » ; moyennes quotidiennes en avril.

Étiquettes : , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *