Un site d’évaluation asiatique est critiqué pour avoir « fait paraître légitimes les courtiers frauduleux » — il se lance désormais dans la cryptographie – DL News

Rapport spécial

  • Des documents d’entreprise obtenus par DL News montrent comment WikiFX, basé à Singapour, exerce une pression sur les courtiers en devises.
  • Il faut compter 128 000 $ pour obtenir des critiques positives.
  • Sa société sœur, WikiBit, examine désormais les plateformes de cryptographie.

Depuis des années, une société asiatique appelée WikiFX repousse les limites du secteur titanesque du trading de devises de la région.

WikiFX n’est pas un courtier ou une agence de trading sur le marché des changes. Il se contente d’évaluer et d’évaluer les courtiers pour les investisseurs, comme Trustpilot.

Et ça ne se joue pas bien.

WikiFX force les courtiers à s’inscrire à son programme, sinon ils se retrouvent avec des critiques négatives, selon des documents de l’entreprise obtenus par Actualités DL et les gens d’affaires qui ont traité avec l’entreprise.

« Si vous les payez, ils effaceront toutes les plaintes négatives. »

Jonathan Baumgart, Atomiq Consulting

Jonathan Baumgart était l’un d’entre eux.

Le PDG d’Atomiq Consulting, un consultant auprès des courtiers en devises, a déclaré avoir créé un site Web pour un client qui a attiré l’attention de WikiFX.

« Tout à coup, sur WikiFX, il y avait des critiques sur mon entreprise malgré le fait qu’il s’agissait d’un simple modèle de site Web », a-t-il déclaré. Actualités DL.

« Si vous les payez, ils effaceront toutes les plaintes négatives. Ainsi, avec un peu d’argent, vous pourrez faire apparaître un courtier frauduleux comme légitime », a-t-il déclaré.

Rejoignez la communauté pour recevoir nos dernières histoires et mises à jour

Désormais, sa société sœur, WikiBit, a jeté son dévolu sur la cryptographie.

À la recherche de clients

WikiBit, qui se présente comme une « plateforme mondiale de supervision et d’interrogation de blockchain », affirme compter 10 millions d’utilisateurs dans 170 pays et régions.

Et il recherche davantage de clients.

En mai, une autre société affiliée, WikiEXPO, a organisé un événement spectaculaire au sommet du plus haut bâtiment de Hong Kong pour des centaines de participants. L’entrée était gratuite. Une autre conférence a eu lieu à Tokyo le 22 juin et une autre est prévue à Bangkok en septembre.

La liste des intervenants de WikiEXPO comprend des leaders du secteur des crypto-monnaies et même des régulateurs. WikiFX et WikiBit sont tous deux mentionnés comme « co-organisateurs » sur les supports promotionnels.

Tout comme WikiFX, WikiBit classe les échanges sur une échelle de 1 à 10 en fonction de critères tels que la conformité réglementaire.

Mais l’entreprise donne de bonnes notes aux plateformes cryptographiques qui ont été citées comme des escroqueries potentielles par les organismes de surveillance, a-t-elle ajouté. Actualités DL l’enquête a révélé.

L’entreprise exagère également la légitimité réglementaire des entreprises qui font de la publicité sur son site.

Les représentants de WikiFX et WikiBit n’ont pas répondu à Actualités DL de nombreuses demandes de commentaires.

Répression à Hong Kong

Le groupe Wiki intensifie ses opérations au moment même où Hong Kong, la Chine et d’autres pays asiatiques commencent à introduire des régimes de licences pour apporter ordre et transparence au secteur.

En 2023, les investisseurs ont perdu 400 millions de dollars à cause de la fraude aux crypto-monnaies à Hong Kong, selon les autorités policières. Les plateformes d’échange frauduleuses sont responsables d’une grande partie des pertes.

Selon la police, JPEX, par exemple, a disparu l’année dernière avec une valeur estimée à 200 millions de dollars. Même si les forces de l’ordre ont procédé à des dizaines d’arrestations, elles n’ont pas porté plainte ni identifié le propriétaire de JPEX.

« Un argumentaire de vente vu par DL News indiquait qu’il en coûtait 128 100 $ pour que des avis positifs soient affichés auprès des utilisateurs. »

Quant à savoir qui ou quoi se cache derrière WikiBit, c’est un peu flou.

WikiBit est l’une des nombreuses entreprises liées dont le nom contient le mot « Wiki ». Son site Web propose des liens vers WikiFX, WikiEXPO et une unité appelée WikiResearch. Le site WikiEXPO propose un lien vers l’application WikiFX. Et la politique de confidentialité de WikiEXPO fait référence à WikiFX.

Sur son site, WikiEXPO indique avoir été créé en 2019 dans le cadre d’une activité de « médias verticaux financiers ». (Le groupe n’est pas lié à Wikipédia.)

Le numéro d’enregistrement d’une société de Hong Kong appelée Wiki Co correspond à celui fourni par WikiFX sur l’un des sites Wiki. Il mentionne un directeur, Zhang Xiaofei, un citoyen chinois avec une adresse à Harbin, une ville du nord de la Chine.

En effet, WikiFX fait référence aux « lois et réglementations en vigueur en République populaire de Chine » dans son contrat de service. Les conditions d’utilisation de WikiBit font référence aux litiges « soumis à la juridiction des tribunaux chinois » et indiquent une adresse à Shanghai.

Mais il y a aussi des références à un siège social à Singapour et à Hong Kong.

Dans un message sur LinkedIn, Loki Sou, directeur opérationnel de WikiEXPO, a refusé de commenter au nom de son entreprise, ainsi que de WikiFX ou de WikiBit.

« Dépôt d’intégrité »

Aussi complexe que soit le groupe Wiki, son activité principale est simple : les avis en ligne. Le modèle semble avoir été développé par WikiFX, l’entreprise de change. L’entreprise répertorie 49 000 courtiers en devises, selon son site Web.

L’idée derrière WikiFX était de fournir un guide aux traders de forex de détail en Chine qui souhaitaient éviter les escroqueries. WikiFX a étudié les documents d’entreprise des entreprises pour déterminer si elles étaient légitimes. La plateforme est suivie de près sur les forums de forex en langue chinoise.

Dans certains cas, la société a envoyé des agents pour déterminer si un bureau physique existait réellement, selon des articles publiés sur son site.

Lorsque WikiFX a donné de mauvaises critiques aux entreprises, il leur a également proposé une solution.

Dans le cadre de son « programme d’aide juridique », la société a demandé de l’argent aux courtiers pour améliorer leur score, selon une proposition envoyée par WikiFX à un courtier consultée par Actualités DL.

Le courtier effectue un « dépôt d’intégrité » auprès de WikiFX, à payer mensuellement, trimestriellement ou annuellement, par pays.

Un argumentaire de vente vu par Actualités DL a déclaré qu’il en coûte 128 100 $ pour afficher des avis positifs auprès des utilisateurs en Thaïlande, en Indonésie, en Malaisie et au Vietnam pendant un an.

Le versement de cet acompte se traduit par une note plus élevée sur le site, comme le montrent les documents de l’entreprise. Le programme d’aide juridique promet également d’indemniser les investisseurs si le « courtier rencontre un problème »[s].”

Améliorer les scores

Une société appelée Bull Sphere a amélioré son score de 1,41 à 7,06 en Thaïlande après avoir adhéré au programme, selon une étude de cas que WikiFX a donnée à un courtier. (Le score de Bull Sphere est à nouveau tombé à 1,51.)

WikiFX est rapide à trouver les courtiers débutants et leur adresse des critiques négatives et des notes faibles avant de les contacter et de leur proposer de les aider à améliorer leur score, a déclaré Baumgart d’Atomiq Consulting.

« Pendant ce temps, ils prendront un courtier légitime et inonderont sa page WikiFX de fausses critiques négatives », a-t-il déclaré.

Avertissements aux investisseurs

De son côté, WikiBit semble adopter une approche similaire en s’adressant aux investisseurs en crypto-monnaies à la recherche d’un moyen d’accéder à un marché où les escroqueries sont nombreuses.

WikiBit attribue les meilleures notes aux plateformes signalées comme dangereuses par les organisations qui surveillent les entreprises de cryptographie en Asie.

Par exemple, une bourse appelée Enhance Pro a été citée par la Global Anti-Scam Organization, un groupe à but non lucratif engagé dans la prévention de la fraude cryptographique, comme un « site Web frauduleux » que les investisseurs devraient éviter.

Enhance Pro n’a pas répondu à un message Actualités DL envoyé à son e-mail de support.

L’organisation anti-arnaque a mis en garde les investisseurs contre au moins deux autres échanges que WikiBit avait très bien notés : TDSR Exchange et Helioj Exchange. (À la mi-juin, la note d’Helioj Exchange est tombée de 7,86 à 3,1 et il a disparu du classement.)

Les deux sociétés n’ont pas répondu à une demande de commentaire.

Pendant ce temps, Ken-Ex, un nouvel échange de crypto-monnaies présenté sur WikiBit, affirme être soutenu par plusieurs grands fonds de capital-risque en crypto-monnaies.

Mais aucun des VCs ne répertorie Ken-Ex dans ses portefeuilles. Un représentant de KuCoin, l’un des investisseurs cotés, a déclaré Actualités DL l’entreprise n’avait jamais entendu parler de Ken-Ex.

Pourtant, Ken-Ex a obtenu un score de 7,83 sur WikiBit. Ken-Ex n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Tous ces échanges ont une chose en commun : ils font de la publicité sur WikiBit.

Callan Quinn est Actualités DL Correspondant pour l’Asie basé à Hong Kong. Contactez-moi à [email protected].

By Helen Reid

Meet Helen Reid, your guide to the dynamic realm of technology in the WordPress universe. With a wealth of blogging experience under my belt, I'm here to navigate you through the intricate landscapes of Windows, cryptocurrency mining, and all things internet-related. Join me on this digital journey as we explore, learn, and innovate together.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *