Violence des colons en Cisjordanie : la Douma brûlée rappelle la vulnérabilité des Palestiniens

12 views 4:21 am 0 Comments mai 10, 2024

DUMA, Cisjordanie (AP) — Les maisons et les voitures carbonisées qui parsèment ce village perché entouré d’oliviers sont un rappel saisissant de la vulnérabilité des Palestiniens face à la violence croissante des colons israéliens.

Les traces de décombres le long de la route principale de Douma sont le résultat d’une attaque de trois heures à la mi-avril qui a laissé 15 maisons endommagées par un incendie criminel et six habitants blessés par balles, a déclaré le chef du conseil du village. Il s’agit de l’une des près de 800 attaques de colons contre des Palestiniens en Cisjordanie occupée depuis que le Hamas a attaqué Israël depuis la bande de Gaza le 7 octobre, selon l’ONU.

Les restes brûlés à Douma mettent également en évidence les ressources limitées du village pour nettoyer et reconstruire, sans parler de se défendre contre de futures incursions, qui semblent inévitables alors que des colons armés patrouillent dans la zone située à environ 20 miles au nord de Jérusalem.

« En tant que village de Duma (…), nous n’avons pas le pouvoir de nous défendre », a déclaré Suleiman Dawabsha, président du conseil du village de cette communauté de plus de 2 000 habitants. Il a estimé que l’attaque avait causé cinq millions de shekels (1,3 million de dollars) de dégâts.

Le déchaînement du 13 avril fait écho à un événement similaire survenu il y a près de dix ans. En 2015, trois Palestiniens de Douma ont été tués, dont un bébé de 18 mois, après que des colons ont incendié une maison. Un Israélien a ensuite été reconnu coupable de meurtre.

La dernière attaque contre Douma faisait partie d’une vague de violence des colons déclenchée par la mort d’un Israélien de 14 ans porté disparu dans la matinée du 12 avril. Les autorités ont retrouvé son corps le lendemain et ont arrêté un homme de Duma qui, selon eux, était lié au meurtre présumé du garçon.

Le 15 avril, deux jours après l’attaque de Douma, deux Palestiniens ont été abattus par des colons près de la ville d’Aqraba, selon le ministère palestinien de la Santé. Et dans une poussée de violence connexe, un homme a été tué par des tirs israéliens le 12 avril à proximité d’al-Mughayyir, même s’il reste difficile de savoir si la balle mortelle a été tirée par un soldat ou un colon.

Il y a eu 794 attaques de colons contre des Palestiniens en Cisjordanie depuis le 7 octobre – depuis des pierres lancées sur des voitures qui passaient jusqu’à des balles tirées sur des habitants, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires. Au moins dix Palestiniens ont été tués par des colons lors de ces attaques, précise le communiqué.

Les attaques perpétrées par des colons ne sont pas la seule forme de violence en hausse en Cisjordanie.

Depuis le début de la guerre à Gaza, près de 500 Palestiniens ont été tués par les tirs israéliens sur le territoire, selon le ministère de la Santé basé à Ramallah, qui affirme que l’écrasante majorité a été abattue par des soldats. Les Palestiniens de Cisjordanie ont tué neuf Israéliens, dont cinq soldats, depuis le 7 octobre, selon les données de l’ONU.

La guerre a sans aucun doute exacerbé les tensions entre colons et Palestiniens. Mais les groupes israéliens de défense des droits humains accusent le gouvernement d’extrême droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu d’alimenter la violence des colons en promouvant une idéologie de suprématie totale d’Israël en Cisjordanie.

Ces groupes affirment que l’armée israélienne ne fait pas assez pour mettre fin à la violence, et la facilite même dans certains cas en offrant une protection aux colons. L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué qu’elle s’efforçait de protéger toutes les personnes vivant en Cisjordanie et que les plaintes concernant les soldats faisaient l’objet d’enquêtes.

Personne n’a été tué lors de l’attaque contre Douma, mais les habitants ont décrit avoir échappé de justesse.

Ibrahim Dawabsha, chauffeur de camion et père de quatre enfants, a déclaré que la plupart des membres de sa famille se sont cachés dans la cuisine pendant que les colons lançaient des bombes incendiaires et incendiaient une partie de leur maison.

« Ma fille était chez son oncle, il n’y avait personne », a-t-il déclaré. « Ce qu’ils (pourraient) lui faire, je ne sais pas. »

Les chefs de la Douma et d’al-Mughayyir ont déclaré que les troupes israéliennes étaient arrivées peu après le début des attaques contre leurs communautés, mais qu’elles n’étaient pas intervenues. Au lieu de cela, ils ont tiré sur les Palestiniens qui tentaient d’affronter les colons, ont indiqué ces responsables.

Un important groupe israélien de défense des droits humains, Yesh Din, l’a décrit comme un « parapluie de sécurité » – une collaboration qui, selon lui, est devenue de plus en plus courante depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement de coalition de droite d’Israël fin 2022.

« Dès que les Palestiniens tentent de se protéger, ce sont eux que l’armée attaque », a déclaré Ziv Stahl, directeur de Yesh Din.

Les États-Unis ont accru la pression sur Israël pour qu’il freine les attaques de colons en Cisjordanie, sanctionnant certains dirigeants en avril, notamment un proche allié du ministre israélien de la Sécurité nationale d’extrême droite, Itamar Ben Gvir.

Dawabsha, le chef de la Douma, ne croit pas que la campagne de pression sera efficace. « Je ne place pas mes espoirs dans le gouvernement américain », a-t-il déclaré.

Israël a capturé la Cisjordanie, Jérusalem-Est et Gaza lors de la guerre au Moyen-Orient de 1967, des territoires que les Palestiniens veulent faire partie d’un futur État. Les colons prétendent que la Cisjordanie, qui abrite plus de 2 000 Palestiniens, est leur droit biblique de naissance.

Environ 500 000 Israéliens vivent dans des centaines de colonies et d’avant-postes en Cisjordanie. Ces communautés séparées et étroitement gardées varient en taille et en nature. Les plus grandes colonies s’apparentent aux banlieues tentaculaires de Jérusalem, tandis que les plus petits avant-postes non autorisés peuvent consister en quelques caravanes garées au sommet d’une colline.

Les avant-postes reçoivent souvent un soutien tacite du gouvernement et parfois ils obtiennent une reconnaissance formelle – et reçoivent un financement – ​​du gouvernement israélien.

La géographie de la Douma la rend particulièrement vulnérable aux attaques.

Surplombant la Jordanie et les colonies israéliennes à l’est, le village est entouré plus étroitement par au moins trois avant-postes qui, selon le chef de son conseil, se sont développés progressivement au cours de la dernière décennie. Douma se trouve dans une section de Cisjordanie connue sous le nom de zone B : ses affaires civiles sont régies par l’Autorité palestinienne, mais l’armée israélienne est responsable de sa sécurité.

Les Palestiniens considèrent largement l’AP comme inefficace et corrompue, et elle s’oppose rarement aux opérations militaires israéliennes sur le territoire.

Au cours de l’année écoulée, les colons ont coupé l’accès de Duma à quatre sources et puits vitaux qui entourent le village en sabotant les routes et autres infrastructures, selon les habitants.

Dans les jours qui ont suivi l’attaque du Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre, plus de 100 Arabes bédouins qui vivaient une vie nomade dans les pâturages au sud de Douma ont déménagé vers ses périphéries à la recherche de plus de sécurité et de ressources.

L’un d’eux, Ali Zawahiri, a déclaré que sa famille élargie avait déménagé après que les colons eurent commencé à incendier leurs tentes et à voler leur bétail dans le cadre d’attaques apparemment de représailles. Les Arabes bédouins vivant près de Douma sont l’une des 16 communautés de Cisjordanie qui ont déménagé en raison de la violence ou des menaces des colons depuis le début de l’année 2023, selon Yesh Din.

« Il est armé d’une arme à feu et je ne suis qu’une personne sans rien », a déclaré Zawahiri.

Une unité armée dirigée par l’Autorité palestinienne qui patrouillait de nuit dans le périmètre des villes de Cisjordanie a interrompu ses opérations peu après le déclenchement de la guerre à Gaza, lorsque des membres de cette force ont été kidnappés par des colons.

Lorsqu’on leur a demandé comment ils pourraient mieux se défendre à l’avenir, les habitants de Douma ont eu du mal à répondre.

« Quels préparatifs? » » a déclaré Ibrahim Dawabsha, dont le camion – sa principale source de revenus – a été réduit en cendres. « Il n’y a pas de préparatifs. »

___

Le journaliste vidéo d’Associated Press, Imad Isseid, a contribué à ce rapport.

___

Suivez la couverture d’AP sur https://apnews.com/hub/israel-hamas-war

Étiquettes : , , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *