La Banque du Canada met en garde les locataires en difficulté financière

10 views 2:34 pm 0 Comments mai 9, 2024

La part des emprunteurs dont le solde de leur carte de crédit est égal ou supérieur à 80 % continue de grimper

Recevez les dernières nouvelles de Barbara Shecter directement dans votre boîte de réception

Contenu de l’article

La Banque du Canada exprime ses inquiétudes quant à l’impact de la hausse des taux d’intérêt sur les locataires tout en reconnaissant que, même si la plupart des ménages semblent faire face à une augmentation des coûts du service de leur dette, de nombreux détenteurs de prêts hypothécaires seront encore confrontés à d’importantes augmentations de paiements lors du renouvellement au cours de l’année. les deux prochaines années et demie.

L’ajustement à des taux d’intérêt plus élevés « continue de présenter des risques pour la stabilité financière », a déclaré jeudi le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, alors que la banque publiait son rapport annuel sur les tensions dans le système financier.

Publicité 2

Contenu de l’article

Contenu de l’article

La vice-gouverneure Carolyn Rogers, qui a déjà fait part de ses inquiétudes concernant les locataires, a déclaré que les données compilées suggèrent qu’il y a du stress dans ces ménages.

« Après avoir atteint des creux historiques pendant la pandémie, la part des ménages sans hypothèque et en retard dans les remboursements de leurs cartes de crédit et de leurs prêts automobiles est revenue à – ou dépassée – les niveaux habituels », a-t-elle déclaré. « Et au cours de la dernière année, la part des emprunteurs sans hypothèque qui ont un solde de carte de crédit représentant au moins 80 pour cent de leur limite de crédit a continué de grimper. »

Parmi les autres problèmes signalés dans le rapport figurent les valorisations « tendues » de certains actifs financiers, une forte augmentation du recours à l’effet de levier par le secteur financier non bancaire et les risques dus à l’exposition à l’immobilier commercial, où la demande plus faible a poussé le bureau national à taux d’inoccupation pouvant atteindre environ 20 pour cent.

Depuis que la Banque du Canada a commencé à augmenter les taux d’intérêt en mars 2022, les remboursements ont augmenté pour environ la moitié de tous les prêts hypothécaires en cours. Au cours des deux prochaines années et demie, une grande partie de ces prêts hypothécaires seront renouvelés et ces emprunteurs seront confrontés à d’importantes augmentations de remboursement.

Contenu de l’article

Publicité 3

Contenu de l’article

« Au cours des années à venir, davantage d’emprunteurs seront confrontés à des pressions car ils refinanceront leurs prêts hypothécaires existants à des taux plus élevés », indique le rapport. « Des coûts plus élevés du service de la dette réduisent la flexibilité financière d’un ménage, ce qui le rend plus vulnérable financièrement si ses revenus diminuent ou s’il fait face à une dépense matérielle imprévue.

Le rapport montre que l’augmentation médiane des versements hypothécaires mensuels sera de plus de 20 pour cent au renouvellement en 2025 et de plus de 30 pour cent en 2026, par rapport au montage.

« La pression financière augmentera le plus pour les ménages qui ont contracté un prêt hypothécaire en 2021 et au début de 2022, lorsque les prix de l’immobilier étaient proches de leur sommet et que les taux hypothécaires étaient très bas », indique le rapport. Ces acheteurs ont généralement contracté des prêts hypothécaires importants par rapport à leurs revenus et ont constaté très peu d’augmentation – et potentiellement une diminution – de la valeur nette de leur propriété.

Fin 2023, plus d’un tiers des nouveaux prêts hypothécaires avaient un ratio du service de la dette supérieur à 25 %, soit le double de la part de 2019.

Les arriérés de crédit augmentent

Le Rapport sur la stabilité financière indique que les grandes banques disposant de réserves de capitaux saines gèrent jusqu’à présent les tensions sur le marché hypothécaire, mais que certains prêteurs plus petits ont déjà constaté une forte augmentation des arriérés de crédit.

Publicité 4

Contenu de l’article

« L’augmentation des provisions pour pertes sur prêts a un impact sur la rentabilité mais renforce également la résilience des banques », indique le rapport, ajoutant que le financement des banques reste stable, même si les coûts ont augmenté.

Le rapport indique que les prêteurs de petite et moyenne taille voient probablement davantage de prêts hypothécaires en souffrance parce que leurs emprunteurs ont tendance à avoir des profils de risque plus élevés. De plus, avec des durées généralement plus courtes, presque tous ces emprunteurs ont renouvelé leur emprunt. En revanche, environ la moitié des prêts hypothécaires des grandes banques ne sont pas encore renouvelés.

Le Rapport sur la stabilité financière suggère qu’avec des augmentations de salaire prudentes, la plupart des emprunteurs devraient être en mesure de s’en sortir, et que certains augmentent leur épargne et ajustent leurs paiements, y compris en versant des cotisations forfaitaires. Un choc plus important sur le système financier, y compris sur les banques, se traduirait par un impact sur les salaires, comme une hausse du chômage.

L’appétit pour le risque augmente

De nombreuses banques centrales envisagent désormais de réduire leurs taux après que de fortes hausses ont fait baisser l’inflation, qui avait grimpé en flèche au lendemain de la pandémie de COVID-19. Cela amène les banques, les ménages, les entreprises et autres sociétés de services financiers à se concentrer de plus en plus sur le moment et l’ampleur de la baisse des taux, ce qui pourrait créer une bulle dans certaines classes d’actifs.

Publicité 5

Contenu de l’article

« Cela a suscité un regain d’appétit pour le risque », indique le Rapport sur la stabilité financière, ajoutant qu’en plus de faire monter les prix d’une gamme d’actifs financiers, cela a fait baisser les primes de risque et les écarts de crédit au Canada et aux États-Unis. . Cela les rend vulnérables à une révision soudaine des prix si les conditions sur lesquelles ils reposent ne se matérialisent pas.

Les spreads de crédit des entreprises sont désormais égaux ou inférieurs aux niveaux observés en moyenne depuis la crise financière mondiale de 2008-09, indique le rapport.

Macklem a déclaré que les valorisations élevées de certains actifs financiers, telles que les prix du marché dépassant les fondamentaux, augmentent le risque d’une forte correction qui pourrait générer des tensions à l’échelle du système.

« La récente augmentation du recours à l’effet de levier dans le secteur financier non bancaire pourrait amplifier les effets d’une telle correction », a-t-il déclaré.

Exposition à l’immobilier commercial

Le rapport sur la stabilité financière indique que les entités financières bancaires et non bancaires sont impliquées dans le secteur de l’immobilier commercial au Canada, bien qu’il existe des « lacunes importantes dans les données » pour les intermédiaires financiers non bancaires. Pour les banques, cela prend principalement la forme de prêts, notamment d’hypothèques commerciales et de prêts aux promoteurs immobiliers.

Publicité 6

Contenu de l’article

Le secteur de l’immobilier commercial représente environ 10 pour cent des portefeuilles de prêts des grandes banques au Canada, et environ 20 pour cent pour les petites et moyennes banques. Ce chiffre est bien inférieur à celui de leurs homologues américains, où l’exposition des prêteurs de petite et moyenne taille est d’environ 36 pour cent.

Recommandé par l’éditorial

Les plus grandes sociétés d’assurance-vie du Canada détiennent environ 12 pour cent de leurs actifs totaux investis dans le secteur immobilier commercial mondial, et 70 pour cent de cette somme est détenue dans des prêts hypothécaires commerciaux. Pour les grands fonds de pension, le pourcentage du total des actifs investis est de 15 pour cent, mais environ 90 pour cent de l’exposition reflète les participations. Tous deux détiennent environ 3 pour cent de leurs actifs investis dans le sous-secteur des bureaux.

Le rapport de la Banque du Canada indique que certains fonds de pension et assureurs ont réduit leurs expositions, mais il pourrait y avoir d’autres choses à venir, en particulier dans le secteur des bureaux, car les ajustements des valorisations privées ont été à la traîne des baisses des valorisations des marchés publics.

• Courriel : [email protected]

Ajoutez notre site Web à vos favoris et soutenez notre journalisme : Ne manquez pas l’actualité économique que vous devez connaître : ajoutez Financialpost.com à vos favoris et inscrivez-vous à nos newsletters ici.

Contenu de l’article

Étiquettes : , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *