La feuille de route de la Banque européenne d’investissement… jusqu’en 2008

20 views 1:45 pm 0 Comments mai 26, 2024

La BEI propose que la rénovation des logements et l’efficacité énergétique soient financées au moyen de prêts « titrisés ».

un couple de personnes âgées enveloppé dans un tapis à côté du radiateur examine la facture de chauffageun couple de personnes âgées enveloppé dans un tapis à côté du radiateur examine la facture de chauffage
Les ménages les plus pauvres dépendent du financement public pour la rénovation de leurs logements économes en énergie et ne recourent pas à un instrument financier risqué (Solarisys/shutterstock.com)

Alors que l’Europe est confrontée à une dégradation de l’environnement, à des incertitudes économiques et à des crises du coût de la vie et de l’énergie, la Banque européenne d’investissement revêt une importance croissante. vis-à-vis-un-vis La politique économique de l’Union européenne et les investissements stratégiques réalisés pour répondre à ces crises. La BEI est la plus grande banque publique multilatérale, avec un encours de prêts de près de 600 milliards d’euros.

La semaine dernière, un projet de « feuille de route stratégique » de la BEI pour 2024-2027 a fait surface, qui devrait être approuvé lors de la réunion annuelle du conseil des gouverneurs de la banque – les ministres des Finances des États membres de l’UE et un représentant de la Commission européenne – le 21 juin. Le projet devait être approuvé par le conseil d’administration aujourd’hui.

L’invisibilité du document, s’il n’avait pas été divulgué, témoigne de l’opacité des décisions de la banque. Sans consultation publique ni engagement du Parlement européen, sa trajectoire pour les années à venir, en matière de déploiement de l’argent public, est déterminée sans la voix des citoyens.

..

Changement crucial

Le projet marquerait un changement crucial pour la banque, sous la direction de sa nouvelle présidente et ancienne ministre espagnole de l’Economie, Nadia Calviño. S’engageant sur la voie d’une augmentation des prêts et d’une plus grande prise de risques, la feuille de route est basée sur une discussion des priorités par les ministres des Finances lors de la réunion informelle de février du Conseil des affaires économiques et financières (ECOFIN).

Il suggère d’augmenter la capacité de prêt et la prise de risque de la banque afin de garantir des prêts annuels de 95 milliards d’euros pour les trois prochaines années, afin de maintenir le volume plus élevé atteint en 2023. La réalisation de cet objectif nécessite l’approbation unanime du conseil des gouverneurs. d’une augmentation des prêts de la banque par rapport au capital libéré par les États membres. La feuille de route envisage cependant de supprimer cette exigence des statuts de la BEI, ce qui permettrait de modifier la capacité de prêt à la majorité qualifiée.


Devenez membre de l’Europe sociale

Soutenez l’édition indépendante et les idées progressistes en devenant membre d’Europe sociale pour moins de 5 euros par mois. Votre soutien fait toute la différence !


Cliquez ici pour devenir membre

L’augmentation des prêts se concentrerait sur huit « priorités politiques », parmi lesquelles l’industrie des technologies propres, l’énergie nucléaire, les chaînes d’approvisionnement en matières premières critiques, la passerelle mondiale, le complexe militaro-industriel et la numérisation. Dans l’ensemble, ils reflètent l’approche de l’UE consistant à utiliser les finances publiques pour soutenir les profits des investisseurs privés, défendre les intérêts commerciaux des entreprises européennes et soutenir des objectifs géopolitiques, plutôt que pour financer une transition mondiale juste.

Pas adapté à l’usage prévu

Le financement des infrastructures sociales fait également partie des priorités. La feuille de route souligne l’importance d’investir dans l’éducation, la formation (amélioration des compétences et reconversion), la santé, l’énergie et le logement efficace et accessible. En principe, ces investissements de la BEI sont essentiels pour garantir que les services publics soient accessibles à tous, d’autant plus que l’austérité entraînée par la réimposition des règles budgétaires de l’UE, après la pandémie, limite la capacité de nombreux États membres à le faire.

Mais la feuille de route semble également mettre en doute l’engagement de la BEI en faveur des infrastructures sociales. Il contient une proposition visant à financer la rénovation des logements et l’efficacité énergétique, essentielles à la transition verte, à travers la « titrisation » des prêts. Le plus grand besoin social en termes de rénovation de logements concerne les ménages à faible revenu et ce produit financier n’est pas adapté à cet objectif. La banque pourrait créer des risques opaques et dangereux, tout en ne finançant pas de manière adéquate les logements sociaux et abordables essentiels.

L’approche consiste à regrouper les prêts destinés à la rénovation des logements et à les revendre à d’autres investisseurs. Une stratégie similaire avec les prêts hypothécaires « subprime » aux États-Unis a conduit à des résultats catastrophiques avec le krach de 2008. Elle a créé d’énormes risques non transparents, provoquant finalement l’effondrement des banques lorsque les propriétaires n’ont pas remboursé leurs prêts hypothécaires parce qu’ils n’avaient pas suffisamment de fonds. revenus pour rembourser les prêts.

Bien que l’UE dispose d’une réglementation pour ce type de titrisation, Finance Watch prévient que le risque systémique reste un problème, arguant que ce n’est pas le bon outil pour stimuler l’économie européenne. Les superviseurs n’ont pas la capacité d’examiner correctement les opérations et les réserves que les banques ont constituées pour absorber les pertes sont insuffisantes.

Toujours pas clair

Le recours aux prêts titrisés, et les risques associés, est concentré dans quelques pays et banques, bien que l’objectif soit apparemment de diffuser et de diversifier les risques associés aux prêts à d’autres investisseurs, tels que les fonds de pension et les compagnies d’assurance. Actuellement, les prêts titrisés en Europe se trouvent presque exclusivement en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et aux Pays-Bas. Et ils sont principalement détenus par les banques, qui en 2023 avaient plus de prêts titrisés dans leurs bilans (plus de 80 pour cent au total) qu’elles n’en ont revendus sur le marché.

Malgré les risques encourus, la BEI ne s’aventurerait pas en terrain inconnu. Pendant la pandémie, elle a utilisé cette technique dans la mise en œuvre du Fonds européen de garantie, finançant les petites et moyennes entreprises en temps de crise. Cette pratique n’est pas exempte d’évaluations critiques : la Commission permanente sur les politiques de l’Union européenne de la Chambre des députés italienne a déclaré que les opérations étaient risquées et avaient une forte probabilité de générer des pertes.

La manière dont la titrisation sera utilisée cette fois pour financer la rénovation des logements n’est toujours pas claire. Cela suscite des inquiétudes quant aux risques potentiels et à l’efficacité de la mobilisation des fonds là où ils sont le plus nécessaires. Selon McKinsey, la rénovation des bâtiments est l’un des secteurs les moins rentables, nécessitant de nombreux investissements pour atteindre les objectifs climatiques, et seulement 15 % des investissements nécessaires sont commercialement attractifs.

Finance publique

Le projet de feuille de route indique que la BEI devrait financer des « logements accessibles », mais que la rénovation est moins abordable et moins viable commercialement pour les propriétaires à faible revenu. Les finances publiques ont donc un rôle important à jouer : elles doivent donner la priorité aux prêts à la rénovation qui ne seront pas accordés par le marché, en abordant le bien-être public tout en soutenant les objectifs climatiques.

Même si davantage de financements pour les infrastructures sociales sont nécessaires de toute urgence, la BEI devrait les fournir en collaboration avec d’autres acteurs publics, tels que les banques publiques et les autorités locales, et en mobilisant de l’argent auprès des investisseurs institutionnels par le biais de l’émission traditionnelle d’obligations, facilitant ainsi ses propres banques et celles d’autres banques publiques. ‘ capacités de prêt pour la rénovation de logements accessibles.

Si nécessaire, ces prêts peuvent être soutenus par des garanties et des subventions de l’UE ou des budgets nationaux. Ces fonds supplémentaires doivent toutefois être canalisés vers l’amélioration des conditions de prêt, ce qui se traduirait par des avantages tangibles pour les résidents des maisons rénovées, plutôt que de faciliter la prolifération de produits financiers risqués et d’investissements axés sur le profit.

Le conseil des gouverneurs de la BEI devrait utiliser les prêts élargis recherchés pour renforcer le financement des services publics et sociaux. Cela nécessite une stratégie plus imaginative que la réutilisation des produits financiers qui ont conduit au krach de 2008. Cette crise a été l’occasion d’apprendre que les marchés financiers ne résolvent pas les crises immobilières et autres crises sociales : ils les créent. Près de 20 ans plus tard, en pleine crise du coût de la vie, nous avons besoin d’une feuille de route stratégique pour la BEI qui soit au service des citoyens et non du profit.

Chiara CasatiChiara Casati

Chiara Casati est chargée de communication et de sensibilisation chez Counter Balance, une coalition d’organisations non gouvernementales européennes qui défient les banques publiques, comme la Banque européenne d’investissement, sur le climat et les droits de l’homme.

Frank VanaershotFrank Vanaershot

Frank Vanaerschot est directeur de Counter Balance, une organisation à but non lucratif qui œuvre pour que les finances publiques européennes soutiennent la création de sociétés socialement et écologiquement durables et équitables, en Europe et au-delà.

Étiquettes : , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *