Le cas curieux du Chili et de la monnaie numérique de la banque centrale

18 views 2:00 pm 0 Comments mai 10, 2024
Chile flag

Dans le contexte toujours changeant de la finance mondiale, une curieuse évolution est apparue dans la nation sud-américaine du Chili. La Banco Central de Chile, la banque centrale du pays, a récemment publié un rapport sur les monnaies numériques des banques centrales – une technologie naissante susceptible de remodeler la façon dont l’argent circule. Contrairement à la vague d’enthousiasme qui a balayé d’autres pays, la conclusion du Chili était d’un pragmatisme rafraîchissant : ils n’en ont tout simplement pas besoin, du moins pas encore.

Cette décision contraste fortement avec la ruée mondiale vers les CBDC.

Le yuan numérique chinois est déjà une réalité, tandis que des pays comme la Russie et l’Iran l’explorent comme moyen de contourner les sanctions internationales. Même les économies établies comme les États-Unis recherchent activement le potentiel du dollar numérique. Alors, qu’est-ce qui rend le Chili différent ?

La réponse réside dans une combinaison de facteurs, le plus important étant l’inclusion financière étonnamment solide du Chili. Avec un pourcentage stupéfiant de 85 à 87 % de la population disposant de comptes bancaires et d’une adoption généralisée des méthodes de paiement numériques, le besoin perçu d’une CBDC pour combler les écarts financiers n’est tout simplement pas là. Les Chiliens disposent déjà d’un système bien huilé pour déplacer de l’argent, avec des cartes de crédit et de débit facilement disponibles et des portefeuilles électroniques bénéficiant d’un taux de pénétration élevé. Dans ce contexte, une CBDC peut être considérée comme une solution à la recherche d’un problème.

Cependant, le rapport chilien ne constitue pas un rejet complet des CBDC.

Il reconnaît les avantages potentiels, notamment en favorisant l’innovation et la concurrence au sein du secteur financier. Le rapport souligne l’attrait de fonctionnalités telles que les paiements programmables et les contrats intelligents, qui pourraient rationaliser les transactions et ouvrir de nouvelles possibilités. Il existe également un potentiel d’efficacité accrue dans des domaines tels que les envois de fonds, un facteur crucial pour un pays comptant une diaspora importante.

Mais comme toute nouvelle technologie, les CBDC comportent leur propre ensemble de défis. Le rapport soulève des inquiétudes quant à l’acceptation par les consommateurs, en particulier dans un pays où les outils financiers existants sont profondément ancrés. Les Chiliens pourraient hésiter à abandonner le confort familier des systèmes bancaires établis pour le territoire inexploré d’une monnaie numérique émise par la banque centrale. Il existe également des inquiétudes légitimes quant à l’impact potentiel sur les dépôts bancaires, une préoccupation reprise par les experts du monde entier. Un exode massif des comptes traditionnels pourrait déstabiliser le système financier, soulevant des questions sur la liquidité et la disponibilité du crédit.

Le rapport chilien constitue un contrepoint précieux au récit actuel concernant les CBDC.

Cela nous rappelle que cette technologie n’est pas une solution universelle. Alors que des pays comme la Chine, avec sa vaste population non bancarisée, considèrent les CBDC comme un outil d’inclusion financière, d’autres dotés de systèmes établis pourraient avoir besoin d’une raison plus convaincante pour les adopter.

Cela nous amène à la question plus large : quel problème essayons-nous de résoudre avec les CBDC ? S’agit-il d’inclusion financière, comme certains le prétendent ? Ou s’agit-il d’un plus grand contrôle des banques centrales à l’ère numérique ? La réponse variera probablement en fonction du pays et de son paysage économique unique.

La décision du Chili de ne pas se précipiter dans une CBDC témoigne de l’accent mis sur le pragmatisme plutôt que sur le battage médiatique. Cela leur permet d’observer le déroulement de l’expérience mondiale et de tirer les leçons des succès et des échecs des autres nations. Ils peuvent ensuite évaluer soigneusement si une CBDC offre une véritable valeur pour leur écosystème financier spécifique.

Cette approche mesurée ne signifie pas que le Chili soit à l’abri des vents numériques du changement. Le rapport conclut en déclarant que la banque centrale continuera à préparer l’avenir, restant ouverte à la possibilité d’une CBDC si les circonstances changent.

L’histoire du Chili et des CBDC rappelle que l’innovation ne nécessite pas toujours une adoption immédiate.

Parfois, l’approche la plus innovante consiste à attendre, observer et s’adapter lorsque le moment est venu. Dans un monde obsédé par la prochaine grande nouveauté, l’approche mesurée du Chili offre une perspective rafraîchissante, qui donne la priorité à la stabilité à long terme plutôt qu’aux tendances technologiques éphémères. Alors que l’expérience mondiale des CBDC se poursuit, le reste du monde serait bien avisé de prendre note de l’attention particulière du Chili.

Dans le contexte toujours changeant de la finance mondiale, une curieuse évolution est apparue dans la nation sud-américaine du Chili. La Banco Central de Chile, la banque centrale du pays, a récemment publié un rapport sur les monnaies numériques des banques centrales – une technologie naissante susceptible de remodeler la façon dont l’argent circule. Contrairement à la vague d’enthousiasme qui a balayé d’autres pays, la conclusion du Chili était d’un pragmatisme rafraîchissant : ils n’en ont tout simplement pas besoin, du moins pas encore.

Cette décision contraste fortement avec la ruée mondiale vers les CBDC.

Le yuan numérique chinois est déjà une réalité, tandis que des pays comme la Russie et l’Iran l’explorent comme moyen de contourner les sanctions internationales. Même les économies établies comme les États-Unis recherchent activement le potentiel du dollar numérique. Alors, qu’est-ce qui rend le Chili différent ?

La réponse réside dans une combinaison de facteurs, le plus important étant l’inclusion financière étonnamment solide du Chili. Avec un pourcentage stupéfiant de 85 à 87 % de la population disposant de comptes bancaires et d’une adoption généralisée des méthodes de paiement numériques, le besoin perçu d’une CBDC pour combler les écarts financiers n’est tout simplement pas là. Les Chiliens disposent déjà d’un système bien huilé pour déplacer de l’argent, avec des cartes de crédit et de débit facilement disponibles et des portefeuilles électroniques bénéficiant d’un taux de pénétration élevé. Dans ce contexte, une CBDC peut être considérée comme une solution à la recherche d’un problème.

Cependant, le rapport chilien ne constitue pas un rejet complet des CBDC.

Il reconnaît les avantages potentiels, notamment en favorisant l’innovation et la concurrence au sein du secteur financier. Le rapport souligne l’attrait de fonctionnalités telles que les paiements programmables et les contrats intelligents, qui pourraient rationaliser les transactions et ouvrir de nouvelles possibilités. Il existe également un potentiel d’efficacité accrue dans des domaines tels que les envois de fonds, un facteur crucial pour un pays comptant une diaspora importante.

Mais comme toute nouvelle technologie, les CBDC comportent leur propre ensemble de défis. Le rapport soulève des inquiétudes quant à l’acceptation par les consommateurs, en particulier dans un pays où les outils financiers existants sont profondément ancrés. Les Chiliens pourraient hésiter à abandonner le confort familier des systèmes bancaires établis pour le territoire inexploré d’une monnaie numérique émise par la banque centrale. Il existe également des inquiétudes légitimes quant à l’impact potentiel sur les dépôts bancaires, une préoccupation reprise par les experts du monde entier. Un exode massif des comptes traditionnels pourrait déstabiliser le système financier, soulevant des questions sur la liquidité et la disponibilité du crédit.

Le rapport chilien constitue un contrepoint précieux au discours actuel sur les CBDC.

Cela nous rappelle que cette technologie n’est pas une solution universelle. Alors que des pays comme la Chine, avec sa vaste population non bancarisée, considèrent les CBDC comme un outil d’inclusion financière, d’autres dotés de systèmes établis pourraient avoir besoin d’une raison plus convaincante pour les adopter.

Cela nous amène à la question plus large : quel problème essayons-nous de résoudre avec les CBDC ? S’agit-il d’inclusion financière, comme certains le prétendent ? Ou s’agit-il d’un plus grand contrôle des banques centrales à l’ère numérique ? La réponse variera probablement en fonction du pays et de son paysage économique unique.

La décision du Chili de ne pas se précipiter dans une CBDC témoigne de l’accent mis sur le pragmatisme plutôt que sur le battage médiatique. Cela leur permet d’observer le déroulement de l’expérience mondiale et de tirer les leçons des succès et des échecs des autres nations. Ils peuvent ensuite évaluer soigneusement si une CBDC offre une véritable valeur pour leur écosystème financier spécifique.

Cette approche mesurée ne signifie pas que le Chili soit à l’abri des vents numériques du changement. Le rapport conclut en déclarant que la banque centrale continuera à préparer l’avenir, restant ouverte à la possibilité d’une CBDC si les circonstances changent.

L’histoire du Chili et des CBDC rappelle que l’innovation ne nécessite pas toujours une adoption immédiate.

Parfois, l’approche la plus innovante consiste à attendre, observer et s’adapter lorsque le moment est venu. Dans un monde obsédé par la prochaine grande nouveauté, l’approche mesurée du Chili offre une perspective rafraîchissante, qui donne la priorité à la stabilité à long terme plutôt qu’aux tendances technologiques éphémères. Alors que l’expérience mondiale des CBDC se poursuit, le reste du monde serait bien avisé de prendre note de l’attention particulière du Chili.

Étiquettes : , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *