« Victime de sa propre dépravation » : l’histoire explosive d’un vol de banque à Skagway en 1902

18 views 6:51 pm 0 Comments mai 19, 2024

Fait partie d’un processus continu série hebdomadaire sur l’histoire de l’Alaska par l’historien local David Reamer. Vous avez une question sur l’histoire d’Anchorage ou de l’Alaska ou une idée pour un futur article ? Accédez au formulaire au bas de cette histoire.

Le 15 septembre 1902, un étranger grand et puissamment bâti entra dans la Banque Canadienne de Commerce à Skagway, convenablement vêtu de vêtements sombres et avec une casquette ample baissée sur les yeux. Il était peu avant trois heures de l’après-midi, juste avant l’heure de fermeture. Les habitants s’occupaient de leurs affaires plus tôt dans la journée, évitant l’humeur incertaine d’un employé à la fin de son quart de travail, de sorte que la banque ne détenait que l’étranger, un caissier et un autre employé plaçant des dépôts dans le coffre-fort.

Sans avertissement, l’inconnu a enfoncé deux bâtons dans la vitre du caissier. « Savez-vous ce que cela est? » Il a demandé. Dans une ville construite grâce à l’exploitation minière et à des prospecteurs miniers trop ambitieux, le caissier connaissait la dynamite quand il la voyait. « Oui, c’est de la dynamite », a répondu la banque. L’étranger révélé comme voleur a alors déclaré : « Eh bien, je veux que vous me donniez 20 000 $. Maintenant, faites vite et donnez-moi 20 000 $ ou je ferai exploser ce bâtiment.

En 1902, Skagway, l’ancien portail du Klondike, était considérablement réduite par rapport à son apogée de la ruée vers l’or de 8 000 à 10 000 habitants à l’été 1898. Selon une étude opportune conclue au cours du même mois que le vol de la banque, c’était dû à environ 1 400 à 1 800 habitants. Pourtant, la ville frontière était au moins la troisième plus grande colonie d’Alaska après Nome et probablement Juneau, devant Sitka et Wrangell. C’était un endroit plus petit, néanmoins peuplé de centaines de personnes qui exerçaient diverses formes d’activités et nécessitaient fréquemment le recours aux banques.

De plus, comme pour d’autres villes de colons de l’Alaska, le journal local a documenté les passagers de navires à vapeur passant, embarquant ou partant de Skagway. Le journal a également répertorié tous les résidents de l’hôtel Fifth Avenue. En d’autres termes, Skagway était de taille décente pour l’Alaska à l’époque, mais ce n’était plus le genre d’endroit où un nouveau venu pouvait disparaître dans une foule, étant donné la réduction susmentionnée de la fréquence des foules. Plus la ville est petite, moins vos actions sont privées, de sorte que les habitants ont certainement remarqué le nouveau visage errant en septembre 1902.

Lorsque l’étranger est entré dans la Banque Canadienne de Commerce, George Wallace était au guichet tandis que Charles Pooley travaillait dans la petite arrière-boutique, chargeant de l’argent et de l’or dans le coffre-fort. Le directeur de la banque, Harry Lay, était en vacances et son remplaçant temporaire n’était pas encore arrivé. Leurs absences leur ont peut-être sauvé la vie.

Avec la dynamite toujours dans sa main gauche, l’étranger a révélé un pistolet dans sa droite et l’a pointé sur Wallace. Le caissier hésita alors que le temps ralentissait, fixant le canon du pistolet tandis que l’ampleur de la menace grandissait dans son esprit. Le moment passa et Wallace s’éloigna du comptoir et courut vers la porte arrière. Près du coffre-fort, Pooley a entendu la demande de 20 000 $ – environ 730 000 $ en dollars de 2024 – et a jeté un coup d’œil curieux vers l’interaction. À peu près au même moment, il a vu l’arme et a entendu un avertissement crié par Wallace qui passait. Pooley replongea derrière la lourde porte du coffre-fort.

La course folle de Wallace a surpris le braqueur. Dans sa préparation, l’inconnu avait certainement imaginé comment le crime se déroulerait, ce qu’il pensait qu’il se passerait. Pourtant, il ne s’attendait clairement pas à ce que le caissier se retourne et s’enfuie. Son contrôle sur la situation s’effaçant, le bandit tira précipitamment avec son revolver Colt, au moins trois fois. Deux impacts de balles ont ensuite été découverts dans le mur. Mais un autre coup de feu toucha la dynamite.

Les mineurs représentaient une proportion importante de la main-d’œuvre de l’Alaska en 1902, mais cela ne signifiait pas qu’ils étaient tous professionnels ou qu’ils suivaient tous les protocoles de sécurité les plus élémentaires avec quelque chose d’aussi évidemment dangereux que la dynamite. Plus tôt cette année-là, James Lewis travaillait sur une concession à quelques kilomètres de Skagway lorsqu’il découvrit que sa dynamite était gelée. Il a donc placé la dynamite sur son poêle allumé pour la décongeler. Bien que grièvement blessé, il a survécu à l’explosion qui a suivi. La couverture médiatique a utilement souligné que « la cuisinière était totalement détruite et la cabine partiellement détruite ».

De retour à la banque, l’explosion a projeté Wallace, par ailleurs indemne, dans la ruelle derrière le bâtiment. Depuis le couvercle de la lourde porte du coffre-fort, Pooley a également échappé aux blessures. Le malheureux innocent dans cet incident était l’avocat John G. Price, fraîchement revenu du bureau de poste et avec 350 $ en main à déposer à la banque. Il a ouvert la porte juste au moment où l’explosion s’est produite, l’explosion l’a poussé en arrière, trébuchant jusqu’à ce qu’il puisse reprendre pied. Des éclats de verre ont traversé son visage, déchirant ses vêtements et son chapeau. L’argent lui a explosé des mains. Bien que peiné par ses blessures et assourdi par le bruit, il a survécu.

Quant à la banque elle-même, les fenêtres frontales et la porte latérale ont été explosées, tout comme les fenêtres de certains des autres bâtiments les plus proches. L’intérieur a été déchiqueté, réduit à un tas presque méconnaissable qui était autrefois constitué de meubles et de plâtre. Des débris ont plu, à l’intérieur comme à l’extérieur, sur le trottoir et dans la rue, y compris des centaines de dollars en espèces et quelques milliers de dollars de poussière d’or, tous autrefois destinés au coffre-fort. La structure entière s’était déplacée de plusieurs centimètres et les côtés étaient bombés vers l’extérieur. Directement devant le remontoir, là où se tenait le voleur, se trouvait désormais un trou déchiqueté.

Et puis il y avait le voleur lui-même. La majeure partie de lui a été projetée à 10 pieds du guichet, où il est resté allongé sur le visage. La majorité de ses doigts, comme on pouvait s’y attendre compte tenu des circonstances, s’étaient éloignés de leur propriétaire et avaient atterri ailleurs. Son corps était tour à tour lacéré, fracturé, brûlé et noirci. Les premières personnes présentes sur les lieux l’ont retourné et ont regardé, horrifiées, les orbites vides et ensanglantées du voleur, ses yeux également arrachés par l’explosion. Étonnamment, il respirait toujours.

L’étranger a été rapidement transporté à l’hôpital, mais il est décédé un peu plus d’une heure plus tard sans jamais reprendre connaissance. Selon le médecin traitant, le braqueur de banque s’est étranglé avec son sang, mais il ne lui restait pas longtemps à vivre étant donné les vastes fractures du crâne. Comme le journal Skagway, le Daily Alaskan, l’a dit : « La victime de sa propre dépravation gît dans la salle d’engagement de Peoples, mutilée et brûlée presque au-delà de toute reconnaissance. »

L’enquête furieuse et immédiate s’est dépensée rapidement sans résultats notables. Même si l’étranger avait été vu en ville plusieurs jours avant le vol, personne ne connaissait son nom. Personne ne se souvenait de lui en tant que passager d’un bateau à vapeur et il n’avait pas logé dans un hôtel ou une pension. Ses effets personnels comprenaient un ruban, un dollar en argent, un canif, une montre en or et un pistolet quelque peu endommagé. Il n’y avait aucune lettre, document ou autre document d’identification.

Il avait environ 35 ans lorsqu’il est décédé. Contrairement à la manière dont il est décédé, le Daily Alaskan a noté qu’il « avait l’apparence d’un homme qui avait eu de l’argent ». Ses dents étaient coiffées d’or et bien entretenues. Ses mains étaient propres et ne présentaient aucun signe de travaux forcés récents. Selon les témoignages, il parlait parfaitement anglais. Cependant, personne n’a reconnu sa description alors qu’elle circulait en Alaska et dans l’ouest du Canada.

Pendant son séjour en ville, il buvait, mangeait, jouait et vendait une chaîne de pépites d’or. Il a acheté le revolver et les balles utilisés lors du vol, mais a volé la dynamite du chemin de fer White Pass & Yukon Route. Il était présent dans la ville, reconnaissable mais oubliable jusqu’à la fin. Son identité restait un mystère, tout comme la manière dont il comptait s’échapper de Skagway isolé. Les rares biens ont été vendus aux enchères quelques semaines plus tard.

Ni le malheureux Price ni la banque n’ont perdu l’argent ou l’or dispersés dans l’explosion. Chaque morceau des 350 $ perdus par Price lui a été restitué, et la banque a également réussi à récupérer ses devises, même si certaines factures étaient notamment roussies. Quant à l’or, le comptable de la Banque Canadienne de Commerce, LM de Gex, est arrivé peu après l’explosion, alors qu’il se rendait déjà à Skagway pour remplacer temporairement le directeur en vacances. De Gex a fait rassembler les débris et les faire passer dans des vannes. Selon William White, un autre employé de banque qui a ensuite supervisé la succursale de Whitehorse, de Gex s’est retrouvé avec une once d’or supplémentaire, l’accumulation de grains perdus à travers les planches du plancher au fil des ans.

Malgré tous les atours colorés de cette histoire, y compris l’or et une identité mystérieuse, son aspect le plus intéressant réside dans les conséquences, en particulier le plaisir macabre suscité par la mort du hors-la-loi. La nouvelle du vol raté a été publiée jusqu’à New York, ce qui est compréhensible étant donné la manière dont la confrontation s’est déroulée. Pourtant, ces colons du Nord convenables et convenables prenaient un plaisir morbide au-delà des détails, se complaisant presque dans les horribles retombées.

La tentative de vol s’est produite un lundi. Mercredi au plus tard, le photographe Harrie C. Barley avait des photos de la banque détruite et du voleur de banque disponibles pour visualisation et achat dans son studio. Le médecin local et de Gex ont retiré la dépouille du voleur de son cercueil, le remplissant de poussière et de briques cassées. White, alors à la succursale de la banque à Whitehorse, se souvient que de Gex lui avait fait payer, ainsi qu’à d’autres, « 50 cents pour un verre de whisky à 25 cents » pour voir l’un des pouces du voleur conservé dans une bouteille d’alcool. Ce même pouce fut bientôt exposé dans une boîte à cigares recouverte de verre dans la salle de billard d’un hôtel de Whitehorse.

Lorsque White fut transféré à la succursale de Skagway en 1907, il retrouva la dépouille du voleur, qui se décomposait dans un sac pourri jeté dans un bûcher. White a fait incinérer la plupart des os au hasard, l’accent étant mis ici sur la plupart. Selon White, un autre médecin « a sélectionné un ou deux (os) qui l’intéressaient ». White a conservé le crâne, qui est resté à la banque jusqu’en 1910, date à laquelle la succursale a été fermée. White l’a ensuite offert au dentiste Louis Scott Keller, qui l’a placé sur son manteau avant de le redonner au guide touristique de Skagway, Martin Itjen. Selon certaines histoires de Skagway, Itjen a exposé le crâne pendant de nombreuses années avant qu’il ne soit perdu dans l’histoire.

• • •

Sources clés :

«La banque est détruite par Dynamiter.» [Skagway] Quotidien d’Alaska, 16 septembre 1902, 1, 6.

Clifford, Howard. L’histoire de Skagway. Anchorage : Livres du nord-ouest de l’Alaska, 1997.

« Compté. » [Skagway] Quotidien d’Alaska, 19 septembre 1902, 4.

« Dynamite n’a pas été identifié. » [Skagway] Quotidien d’Alaska, 17 septembre 1902, 1.

« Dynamite était un criminel désespéré. » [Skagway] Quotidien d’Alaska, 18 septembre 1902, 1, 6.

Salut, Madison. « Je veux 20 000 $ ou je ferai exploser le bâtiment » Empire Juneau, 11 juillet 2017.

«Le Pays du Nord». Douglas Island News, 30 avril 1902, p. 4.

Sanders, TD, éditeur. William White : Writing Home to Dorset from the Yukon, 1898. Ottery St. Mary, Grande-Bretagne : auto-publié, 1990.

Article sans titre. [Whitehorse, Canada] Weekly Star, 20 septembre 1902, 1.

«Je vendrai.» [Skagway] Quotidien d’Alaska, 29 octobre 1902, 1.

« Détruit par un Desperado. » [Whitehorse, Canada] Weekly Star, 20 septembre 1902, 1.

Étiquettes : , , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *